Les habitants d'Alep évacués en pleine tempête de neige

MONDE Ils sont évacués au compte-gouttes…

A.Ch. avec AFP
— 
Des Syriens marchent sous la neige dans la province d'Idlib, le 21 décembre 2016.
Des Syriens marchent sous la neige dans la province d'Idlib, le 21 décembre 2016. — MOHAMED AL-BAKOUR/AFP

Plus d’un millier d’habitants du réduit rebelle d’Alep ont été évacués au compte-gouttes mercredi en raison d’une tempête de neige qui a ralenti la sortie des convois de la deuxième ville de Syrie, en passe de tomber totalement aux mains du régime. Depuis le début des évacuations, le 15 décembre, des civils et des insurgés souhaitant quitter la ville, les opérations se font à un rythme irrégulier et quelque milliers de personnes attendent toujours de sortir de la dernière poche rebelle.

Fin des évacuations prévue ce mercredi

Après un arrêt de 24 heures, « 20 bus transportant des hommes armés et leurs familles » ont quitté la ville en direction des territoires sous contrôle rebelle à l’ouest de la métropole, a annoncé la télévision d’Etat. Ce convoi transportait au moins 1.500 personnes dont 20 blessés, selon Ahmad al-Dbis, chef d’une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations à Khan al-Assal, point d’accueil en zone rebelle. Le nombre de personnes qui restent à l’intérieur de la poche rebelle n’est pas clair pour l’instant.

Une source militaire syrienne a dit s’attendre à ce que l’évacuation des derniers habitants d’Alep s’achève mercredi, mais les retards répétés et la météo laissent planer le doute sur ce scénario. « Toutes les évacuations seront terminées aujourd’hui, en plusieurs convois », a également indiqué à l’AFP un responsable du groupe rebelle Ahrar al-Cham, Ahmad Qorra Ali. Sous une neige qui tombait en abondance, plusieurs bus ont traversé Ramoussa, un quartier périphérique gouvernemental par lequel transitent les évacués, selon un correspondant de l’AFP. « Les bus ne sont pas chauffés. Les passagers, femmes, enfants et personnes âgées souffrent du froid. Ils n’ont ni nourriture ni eau », a mis en garde Ahmad al-Dbis. « Tous les blessés et les malades dans un état critique ont été évacués d’Alep ces derniers jours », a précisé à l’AFP une porte-parole du CICR, Ingy Sedky.



25.000 personnes ont pu quitter Alep

Les habitants démunis, dont de nombreuses femmes, enfants et vieillards, avaient attendu dans le froid leur évacuation après avoir vécu des mois de siège et de bombardements du régime qui ont réduit en ruines le réduit rebelle. Plus de 25.000 personnes, rebelles et civils, ont déjà pu quitter Alep, avait indiqué mardi le CICR, précisant que « des milliers » d’autres attendaient encore d’être évacués. Une source militaire a par ailleurs expliqué que le retard dans les évacuations ces dernières 24 heures était une nouvelle fois dû à la nécessité de « synchroniser » les sorties d’Alep avec celles des villages chiites de Foua et Kafraya, assiégés par les rebelles dans la province d’Idleb, voisine de celle d’Alep.