Attentat à Berlin: Le suspect a été perdu de vue par un témoin pendant sa fuite

LIVE Un attentat sur le marché de Noël de Berlin a fait 12 morts et 48 blessés lundi soir…

A.Ch.

— 

Un policier à Berlin, le 19 décembre 2016.
Un policier à Berlin, le 19 décembre 2016. — SIPANY/SIPA

L'ESSENTIEL

  • Un camion a foncé dans la foule sur un marché de Noël du centre de Berlin lundi soir
  • Le dernier bilan fait état de 12 morts et 48 blessés ce mardi matin
  • La chancelière allemande Angela Merkel a confirmé ce mardi qu'il s'agissait d'un attentat 

 

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Le film du drame vu d'Allemagne

>> A lire aussi : «On était venus ici en pensant que c’était plus sûr qu’à Paris»

>> A lire aussi :La chancelière Angela Merkel se dit «en deuil»

>> A lire aussi : «Attaque terroriste présumée»... Le suspect a foncé «intentionnellement» sur la foule...

 

1h00: Ce live est désormais terminé

L'information de la soirée, c'est la revendication par Daesh, mais on semble être davantage dans l'acte «inspiré» que commandité, comme à Paris ou à Bruxelles. Rendez-vous dès 7h00 pour les dernières informations.

23h40: La police allemande arrête son live tweet

Apparemment, c'est désormais le bureau du procureur qui sera chargé de la communication.

23h30: Le suspect a été perdu de vue par un témoin pendant qu'il fuyait

On en sait davantage sur l'arrestation de Naved B., qui a été relâché par les autorités mardi, faute de preuve. Selon le Spiegel, le témoin occulaire qui a vu le chauffeur descendre du camion l'a ensuite perdu de vue. Naved B. a été arrêté deux heures plus tard car il correspondait au signalement, mais les analyses n'ont trouvé ni sang ni trace de poudre sur lui.

 

23h10: Des blocs de bétons installés sur de nombreux marchés de Noël

Le but est évidemment de bloquer l'accès à tout véhicule, même lancé à pleine vitesse.

 

23h00: Sécurité renforcée aux marchés de Noël de Montréal et Toronto

 

Les autorités canadiennes ont renforcé mardi la sécurité à l'entrée des marchés de Noël de Montréal et Toronto. «Le niveau de menace demeure inchangé», a toutefois précisé à l'AFP le porte-parole du ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

 

A Montréal, d'imposants blocs de ciment ont été posés à l'entrée de la place des Arts où se tient le plus grand marché de Noël de la métropole québécoise. Des vigiles ont également été déployés à l'entrée pour fouiller les sacs, une mesure rare au Canada, pays relativement épargné par le terrorisme.

22h50: Washington n'a pas assez d'informations pour confirmer la revendication de Daesh

Le département d'Etat précise toutefois que le mode opératoire est «très similaire» à celui d'attaques précédentes de Daesh.

22h30: La place du marché restera fermée mercredi

Pa police scientifique continue son travail.

 

21h11: Après l'attentat de Berlin, le traumatisme est ravivé chez les Niçois

Nice tentait de tourner la page du 14 juillet. Cinq mois après l’attentat, le traumatisme s’apaisait. En douceur. Mais l’attaque au camion du marché de Noël de Berlin est venue raviver la douleur. A lire ici. 

20h50: Cazeneuve fait l'explication de texte de son ministre de l'Intérieur

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a fait une explication de texte des propos du ministre de l'Intérieur lors du JT de TF1. Le Premier ministre a précisé le propos de son ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux qui lundi soir avait affirmé que «la sécurisation des marchés de Noël» en France avait été «immédiatement renforcée» après l'attaque berlinoise. «Il n'y a pas de mauvaise interprétation ou de polémique sur cette phrase», a dit Bernard Cazeneuve quelques heures plus tard sur le plateau du journal de 20 heures de TF1. «Ce qu'a voulu dire le ministre de l'Intérieur c'est qu'il avait à ma demande réenvoyé aux préfets les instructions (...) il a simplement rappelé les mesures qui avaient été prises», a expliqué le Premier ministre.

20h27: Critiques contre Angela Merkel et l'accueil des réfugiés dans le pays

Le carnage du marché de Noël de Berlin risque de constituer un nouveau coup dur pour Angela Merkel, régulièrement attaquée sur sa politique d'immigration généreuse. «L'attentat est un cauchemar également pour Angela Merkel qui voit ses chances de réélection en 2017 diminuer», jugeait l'hebdomadaire Der Spiegel sur son site internet. La droite populiste allemande, à la pointe de la dénonciation de l'accueil des réfugiés dans le pays, a mis en cause la politique d'immigration de la chancelière, même si la police a fini par mettre hors de cause un demandeur d'asile un temps présenté comme suspect. «Ce sont les morts de Merkel!», a dénoncé l'un des responsables du mouvement Alternative pour l'Allemagne (AfD), Marcus Pretzell, sur son compte Twitter.

20h24: Daesh revendique l'attaque de Berlin, indique Amaq, l'agence de propagande de l'organisation djihadiste

«Un soldat de Daesh a commis l'opération de Berlin en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition internationale» anti-Daesh, a précisé l'agence. 

20h08: Une minute de silence dans les stades de foot

Une minute de silence a été observée mardi à 20h00 sur les quatre stades allemands où se jouaient des matches de la 16e journée du championnat, en mémoire des victimes. Le public et les équipes engagées sur les stades de Dortmund, Mönchengladbach, Hambourg et Francfort se sont figés une minute, ont montré les images de la chaîne Sky. Les joueurs portaient un brassard de deuil.

 

19h54: L'hommage «malaise» de la Sécurité routière

L’hommage de la Sécurité routière rendu aux victimes de l’attentat a été très mal perçu sur le web. A lire ci-dessous

>> L'hommage «malaise» de la Sécurité routière

 

>> REPORTAGE: Marché de Noël de Strasbourg: Pas de renforcements prévus mais des «adaptations», assure le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux

« Il faut continuer à s’amuser, à sortir et d’être prudent », a déclaré le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux venu ce mardi au marché de Noël de Strasbourg, au lendemain de l’attaque d’un marché de Noël à Berlin. 20 Minutes a suivi le ministre à Strasbourg.

>> REPORTAGE: Au marché de Noël de Fribourg, «il fallait bien ouvrir le stand» ce mardi matin

Au lendemain de l’attaque terroriste à Berlin, « 20 Minutes » s’est rendu au marché de Noël de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne…

19h11: La gare de Cologne évacuée mardi soir

La gare a été évacuée après un coup de téléphone faisant état de la présence d'une bombe, a indiqué un porte-parole de la police de la ville à l'AFP.  «La gare centrale de Cologne a été évacuée à la suite de la menace de la présence d'une bombe. les trains ont été arrêtés», a indiqué ce porte-parole, indiquant que la police avait reçu «un appel» de menace vers 18H00.

19h06: Le ressortissant pakistanais un temps suspecté remis en liberté

«La personne suspectée (...) a été remise en liberté dans la soirée sur ordre du parquet fédéral. Les résultats de l'enquête n'ont à l'heure actuelle pas mis à jour d'éléments confirmant des soupçons» à son encontre, a expliqué le parquet dans un communiqué.

«Les expertises de la police scientifique et technique n'ont pas pu établir jusqu'à présent la présence du suspect dans la cabine du poids-lourd», a-t-il ajouté.

18h59: L'ONU condamne «l'attentat terroriste» de Berlin

Le Conseil de sécurité ainsi que le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon ont condamné mardi l'«attentat terroriste» à Berlin. Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil ont dénoncé «l'attentat terroriste barbare et lâche» dans la capitale allemande. Le patron des Nations unies «espère que toute personne impliquée dans la perpétration de ce crime épouvantable sera rapidement traduite en justice».

18h40: Une cérémonie à l'église du Souvenir à Berlin

Une cérémonie se tient à l'église du Souvenir à Berlin en hommage aux victimes de l'attentat de lundi soir. La chancelière Angela Merkel participe au service religieux.

18h30: Le président Barack Obama a appelé la chancelière allemande Angela Merkel

Le président des Etats-Unis lui a présenté ses condoléances et offert l'aide de son pays après l'attentat, a indiqué mardi la Maison Blanche. Barack Obama, qui est actuellement en vacances en famille à Hawaï, a souligné «qu'aucune attaque n'affaiblirait la détermination» des Etats-Unis comme de l'Allemagne à «vaincre le terrorisme sous toutes ses formes».

17h10: Les conférences de presse successives des autorités berlinoises et de la police n'ont levé le voile sur aucune des zones d'ombre de l'enquête...

 

>> Attentat à Berlin: Les cinq zones d'ombre de l'enquête

>> A lire aussi : Attentat à Berlin: Qui est le conducteur polonais retrouvé mort?

 

17h: 24 blessés ont pu quitter l'hôpital

 

La police berlinoise a indiqué que 24 blessés avaient pu quitter l'hôpital et rejoindre leurs proches. 

 

16h25 : Bernard Cazeneuve défend les mesures antiterroristes européennes

Le Premier ministre a défendu ce mardi les mesures antiterroristes prises au niveau européen, en réponse à l'opposition qui suggérait le besoin d' « une coopération européenne plus forte » après l'attentat meurtrier de Berlin. « Nous avons engagé avec (le ministre de l'Intérieur allemand) Thomas de Maizière, dans le cadre d'un agenda franco-allemand pour la sécurité, des chantiers absolument essentiels pour la sécurité de l'Union européenne », a fait valoir Bernard Cazeneuve, qui répondait au député LR Éric Ciotti lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Outre les mesures prises par la France au niveau national depuis les attentats de 2015, Bernard Cazeneuve a cité le renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l'Europe, la réforme du système d'information de Schengen et la modification de son article 7-2, l'interconnexion des fichiers antiterroristes ou encore la mise en place d'une nouvelle directive contre le trafic d'armes. « Vous pouvez constater à travers ce bilan, qui n'est pas exhaustif, que nous n'avons cessé au cours des dernières mois ensemble au sein de l'Union européenne de prendre les mesures pour assurer la protection des Français », a-t-il affirmé.

Quant à la protection contre les attentats en France, « nous faisons depuis des mois le maximum », a poursuivi le Premier ministre, qui a précisé le propos de son ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux sur « la sécurisation des marchés de Noël » en France : « Des circulaires et des directives ont été adressées aux préfets rappelant les dispositifs que nous mobilisons et qui sont considérables », a-t-il souligné, écartant ainsi l'entrée en vigueur de nouvelles mesures.

16h20 : Pour François Fillon, pas de « solution durable tant que la paix et la stabilité ne seront pas revenues en Syrie et au Moyen-Orient »

François Fillon, candidat de la droite pour 2017, a affirmé que « l'heure du deuil (devait) aussi être celle de la lucidité » et que l'Europe devait être « rassemblée dans la lutte contre le terrorisme ». « Alors que Berlin a été à son tour frappée par la barbarie, je me tiens aux côtés de nos voisins allemands. Dès hier soir, j'ai assuré la chancelière Angela Merkel de ma profonde solidarité. Je présente au peuple allemand mes condoléances les plus sincères », écrit François Fillon dans un communiqué.

Selon l'ex-Premier ministre, « l'heure du deuil doit aussi être celle de la lucidité. C'est l'Europe toute entière qui est attaquée, hier à Paris ou Nice, aujourd'hui à Berlin. Elle continuera à l'être si nous ne faisons rien. Plus que jamais, nous devons être rassemblés dans la lutte contre le terrorisme. Il ne saurait y avoir de solution durable tant que la paix et la stabilité ne seront pas revenues en Syrie et au Moyen-Orient ».

16h: Le corps du camionneur polonais portait des traces de coups, affirme son patron

 

Le Polonais retrouvé mort dans la cabine du camion était le conducteur du véhicule, a assuré le transporteur pour qui il travaillait. D’après Ariel Zurawski, le patron de la société de transports polonaise et cousin du chauffeur tué par balle, le corps portait des traces de coups. « On y voyait des traces de coups, il était évident qu’il s’était battu. Son visage était ensanglanté, tuméfié. Il y avait une blessure à l’arme blanche », a indiqué l’homme qui a été appelé dans la nuit par la police polonaise pour identifier la victime sur une photo.  Le chauffeur, âgé de 37 ans, était marié et père d’un fils de 17 ans. D’après son patron, « une seule personne n’aurait pas eu raison de lui » car l’homme était d’une carrure imposante : 1,83m pour 120 kilos.

Le chauffeur du camion était sur la route depuis une semaine et demie et était arrivé à Berlin depuis l’Italie avec 24 tonnes d’éléments en acier dans son véhicule. Il devait les décharger immédiatement mais la société destinataire avait remis la livraison au lendemain. Il a donc stationné devant l’entrepôt du client. « Il voulait rentrer à tout prix jeudi au plus tard, pour acheter un cadeau à sa femme », a raconté l’entrepreneur. C’est avec elle que l’homme a eu sa dernière conversation téléphonique ce lundi vers 15 heures. Une heure plus tard, elle n’a pas réussi à le joindre à nouveau. Le système GPS du camion a confirmé que le véhicule avait été mis en marche vers 15h45 mais n’avait d’abord fait que des petits mouvements d’avant en arrière, « comme si quelqu’un apprenait à le conduire».

Le semi-remorque a finalement été mis en route vers 19h40 pour parcourir les 10kms qui le séparaient du marché de Noël. Le parquet polonais a ouvert une enquête sur « le meurtre d'un citoyen polonais dans le but d'appropriation d'un semi-remorque et de son utilisation pour attaquer un groupe de personnes sur un marché de Noël à Berlin », délit pour lequel la peine maximale est la prison à vie.

15h20: Une personne «dangereuse» probablement «dans la nature», selon la police

 

Un «dangereux criminel» se trouve encore probablement «dans la nature» à la suite de l'attentat au camion-bélier commis à Berlin luni soir, dans la mesure où les soupçons contre un suspect pakistanais ne semblent pas s'étayer, a indiqué mardi le patron de la police locale. «Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature et bien sûr cela inquiète la population», a déclaré Klaus Kandt lors d'une conférence de presse, en indiquant que les mesures de sécurité dans la capitale allemande étaient en train d'être renforcées.

15h10: Angela Merkel est venue se recueillir sur les lieux de l'attentat

 

15h: Une minute de silence à l'Assemblée nationale en France

Les députés ont observé ce mardi une minute de silence en « solidarité » avec les victimes de l'attentat de Berlin.  « Mes chers collègues, hier (lundi) soir le terrorisme a frappé l'Allemagne. Comme à Nice le 14 juillet, un camion a été lancé dans la foule à Berlin, au milieu d'un marché de Noël », a déclaré Claude Bartolone président de l'Assemblée debout au perchoir, à l'ouverture de la séance.

« Douze personnes tuées et plusieurs dizaines d'autres blessées au moment où elles préparaient ces fêtes de fin d'année, synonymes de joie, de paix et d'amitié partagée », a ajouté le président de l'Assemblée, affirmant que, « par cette horreur sans nom », les terroristes ne font « que renforcer la détermination à les combattre ». L'Europe « doit rester forte et unie face à la barbarie », a ajouté Claude Bartolone, adressant « au nom de la représentation nationale » ses condoléances aux familles de ceux qui ont perdu la vie à Berlin et ses vœux de rétablissements aux blessés, avant d'inviter les députés à se recueillir.

14h45: La conférence de presse de la police est terminée

Sans nouvelles informations.

14h40: «Nous ne savons pas s'il y a un ou plusieurs auteurs de l'attentat»

Une analyse technique du camion est en cours , des témoins sont entendus, des films vidéo de l'attentat sont exploités. 

«Nous ne savons pas s'il y a un ou plusieurs auteurs de l'attentat. Nous devons nous faire à l'idée que la perosnne interpellée, un ressortissant pakistanais, pourrait ne pas être l'auteur de l'attentat», a déclaré le procureur.

14h35: 45 blessés dont 30 grièvement, annonce la police

45 personnes blessées dont 30 grièvement, le conducteur polonais du camion est mort tué d'une balle dans la cabine.

14h35: La police commence sa conférence de presse 

14h15: La police allemande va tenir une conférence de presse à 14h30

Le chef de la police berlinoise a déclaré qu'il n'était «pas certain» que le Pakistanais, interpellé lundi soir après un attentat au camion-bélier sur un marché de Noël à Berlin soit le chauffeur du camion