Attentat à Berlin: «L’Allemagne est une cible rêvée pour les terroristes»

TERRORISME Au lendemain de l’attaque survenue dans un marché de Noël à Berlin, la chancelière allemande a indiqué qu’il s’agissait d’une «attaque terroriste»…

L.C.

— 

Un marché de Noël à Berlin a été le théâtre d'une attaque terroriste le 19 décembre 2016.
Un marché de Noël à Berlin a été le théâtre d'une attaque terroriste le 19 décembre 2016. — SIPANY/SIPA

Un marché de Noël berlinois a été le théâtre lundi soir d’une attaque qualifiée d'« attentat terroriste » par Angela Merkel ce mardi. Au volant d’un camion, l’auteur a fauché des dizaines de personnes, faisant douze morts et 48 blessés. Cet acte a été revendiqué mardi soir par l’organisation djihadiste Etat islamique (EI). L' Allemagne a connu en 2016 trois attentats et huit tentatives d’attaques terroristes, dont trois revendiquées par l’EI. Le pays est devenu la cible du terrorisme djihadiste.

>> Attaque à Berlin: Suivez la situation en direct par ici

Un double symbole : celui d’une capitale européenne et d’un marché de Noël

Pour Isabelle Bougreois, chercheur au Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), « l’Allemagne est une cible rêvée pour les terroristes. D’abord parce que c’est un pays extrêmement important en Europe, sur les plans économique et politique, si ce n’est le leader de l’Union européenne. Et puis aussi parce qu’elle a joué un rôle clé dans l’accueil des migrants ».

La ville de Berlin « est une cible de choix : c’est la capitale du pays. C’est l’un des marchés de Noël les plus grands de la ville qui a été visé », poursuit-elle auprès de 20 Minutes. Or « les marchés de Noël ont une signification très importante dans la culture allemande ».

Un pays visé par la propagande de l’EI

Par ailleurs, « l’Allemagne est touchée, comme la France, par le phénomène de radicalisation de jeunes qui finissent par partir en Syrie ou en Irak », souligne Isabelle Bourgeois. Selon un bilan présenté en mai 2016 par le renseignement intérieur allemand, 820 djihadistes ont quitté l’Allemagne pour rejoindre la Syrie et l’Irak.

>> A lire aussi : Daesh appelle à commettre des attentats en Allemagne

L’Allemagne fait partie des cibles désignées par l’EI à travers sa propagande. En mars dernier, le groupe de renseignement SITE, spécialisé dans la veille des activités djihadistes sur Internet, avait révélé que l’organisation terroriste postait des photos en appelant à commettre des attentats outre-Rhin. Selon le journaliste Nicolas Hénin, « plusieurs magazines publiés par l’Etat islamique mais pas seulement ont relayé plusieurs appels à frapper » ce pays. « L’Allemagne est clairement une cible et c’est quelque chose qui n’est pas nouveau », a-t-il expliqué ce mardi sur BFMTV.

« La menace terroriste en Allemagne est aussi forte qu’en France, estime Isabelle Bourgeois. Mais un attentat de cette ampleur c’est nouveau et c’est pour cela que c’est un choc pour les Allemands, d’autant plus qu’on est dans la période de l’Avent, un moment important pour la population ».

>> A lire aussi : La France et l'Allemagne, premières cibles de Daesh en Europe

Un pays engagé dans la coalition anti-EI

L’EI a revendiqué mardi soir l’attentat du marché de Noël berlinois via son agence Amaq. L’agence de propagande a indiqué que cet attentat répondait à l’appel à viser les ressortissants de la coalition internationale. Un argument déjà invoqué après l’attaque à la hache perpétrée par un Afghan en juillet dernier.

En décembre 2015, le Bundestag a approuvé le déploiement de jusqu’à 1.200 soldats allemands et d’un d’une demi-douzaine d’avions dans le cadre de la coalition contre l’EI en Syrie et en Irak menée par les Etats-Unis. Les militaires allemands ne prennent pas part aux frappes aériennes. Ils participent à la formation des troupes au Kurdistan irakien. Ils ont en outre déployé des appareils de reconnaissance et fourni des missiles antichars, des fusils d’assaut et des pistolets aux combattants kurdes, et ils participent au ravitaillement des avions de la coalition.