Ambassadeur russe tué en Turquie: Mis en cause par le maire d'Ankara, le prédicateur Gulen se dit «choqué»

ATTAQUE « Aucun acte terroriste ne peut être justifié, quels que soient ses auteurs et leurs mobiles », a déclaré l’opposant au régime exilé aux Etats-Unis…

20 Minutes avec AFP

— 

Le prédicateur Fethullah Gülen, le 24 septembre 2013, dans sa résidence aux Etats-Unis.
Le prédicateur Fethullah Gülen, le 24 septembre 2013, dans sa résidence aux Etats-Unis. — AFP

« Choqué et profondément attristé. » Fethullah Gülen, prédicateur islamiste basé aux Etats-Unis, accusé par Ankara d’avoir fomenté en juillet une tentative de coup d’Etat en Turquie, s’est dit très touché par l’assassinat de l’ambassadeur de Russie dans la capitale turque.

« Je condamne dans les termes les plus forts cet acte odieux de terreur », a déclaré Fethullah Gülen dans un communiqué diffusé après le meurtre du diplomate, Andreï Karlov, par un policier affirmant vouloir venger le drame de la ville syrienne d’Alep, en passe de tomber aux mains du régime avec le soutien de Moscou.

Pour le maire d’Ankara, l’assaillant pourrait être lié à Gülen

« Aucun acte terroriste ne peut être justifié, quels que soient ses auteurs et leurs mobiles », a-t-il ajouté. « Le peuple turc et le monde attendent une enquête du gouvernement sur les circonstances de cet événement, l’identification de ceux qui ont aidé son auteur et que des mesures soient prises pour qu’une telle attaque ne se reproduise pas à l’avenir », a précisé Fethullah Gülen.

>> A lire aussi : Deux peines de prison à vie requises contre Gülen

Le maire d’Ankara, Melih Gökçek, a émis ce lundi l’hypothèse sur son compte Twitter que l’assaillant pourrait être lié à Fethullah Gülen. Cette supposition n’a toutefois pas été reprise à ce stade par le gouvernement turc.

Installé aux Etats-Unis depuis la fin des années 90, le prédicateur a toujours démenti son implication dans le coup d’Etat avorté de juillet en Turquie. Dans le cadre des enquêtes lancées par les autorités turques après la tentative de putsch, plus de 37.000 personnes ont été arrêtées en Turquie et plus de 100.000 limogées ou suspendues de leurs fonctions.