Ambassadeur russe tué en Turquie: «Je suis journaliste, je dois faire mon travail», le photographe raconte son face-à-face avec le tireur

MONDE Burhan Ozbilici était venu couvrir un vernissage dans un musée quand le drame s'est déroulé...

P.B.

— 

Mevlüt Mert Altintaş a assassiné l'ambassadeur russe en Turquie, le 19 décembre 2016.
Mevlüt Mert Altintaş a assassiné l'ambassadeur russe en Turquie, le 19 décembre 2016. — Burhan Ozbilici/AP/SIPA

Il a regardé la mort droit dans les yeux. Et le photographe turc Burhan Ozbilici, qui a été témoin de l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov, lundi, raconte son face-à-face glaçant avec le tireur Mevlüt Mert Altintaş, abattu par la suite par les autorités, sur le site de l’agence AP.

>> A lire aussi : Pourquoi ce n’est pas comparable à l’assassinat de François-Ferdinand en 1914

« Je suis là. Même si je suis touché et blessé, ou même tué, je suis journaliste. Je dois faire mon travail ». Alors il s’est « avancé un petit peu ». « J’ai photographié l’homme alors qu’il haranguait son audience captive et désespérée. » « Bien sûr, j’avais peur et je savais que je serais en danger s’il se tournait vers moi. » Mais Burhan Ozbilici a pensé « aux amis et aux collègues qui sont morts en couvrant des conflits. » « J’aurais pu courir sans faire aucune photo, mais je n’aurais pas eu de réponse si des gens m’avaient demandé plus tard : ''Pourquoi n’as-tu pas pris de photo'' », raconte-t-il. Mais il est resté, et ses photos appartiennent désormais à l’histoire.