Chine: Un nuage de pollution envahit Pékin et 22 autres villes du nord du pays

PLANETE Hôpitaux pris d’assaut, vols annulés, autoroutes fermées, circulations alternées…

20 Minutes avec agences

— 

Des habitants portent leur masque de protection contre la pollution, à Pékin, le 19 décembre 2016.
Des habitants portent leur masque de protection contre la pollution, à Pékin, le 19 décembre 2016. — Andy Wong/AP/SIPA

L’alerte rouge à la pollution a été maintenue pour la quatrième journée consécutive dans le nord de la Chine. La qualité de l’air s’est nettement détériorée ce lundi dans de nombreuses villes, perturbant trafic aérien et circulation routière.

Pekin et 22 autres villes de la région sont concernées par cette alerte qui touche 10 % du territoire national. En cas de pollution, plusieurs mesures obligatoires sont automatiquement déclenchées comme la fermeture des établissements scolaires ou la circulation alternée.

>> A lire aussi : Pollution atmosphérique: Pékin placée en «alerte rouge»

131 vols annulés et 75 retardés à Tianjin

Le nuage de pollution semble particulièrement épais à Tianjin, à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale chinoise. Entre dimanche soir et lundi matin, 131 vols y ont été annulés et 75 retardés, précise French China.

Dans cette ville portuaire de plus de 15 millions d’habitants, toutes les autoroutes ont été fermées, l’offre de transports en commun a été élargie de 15 % et une circulation alternée a été mise en place pendant cinq jours. Les hôpitaux de la ville ont constaté une affluence accrue de patients souffrant d’affections respiratoires (toux, trachéite, asthme), selon le Quotidien du peuple.

A Pékin, des taux huit fois supérieurs à ceux recommandés

A Pékin, la circulation alternée et le renforcement des transports publics font également partie des mesures adoptées pour limiter les émissions de micro-particules fines dans l’atmosphère. Les autorités de la capitale souhaiteraient voir baisser le volume de PM2,5 de plus de 20 %.

Ce lundi matin, au quatrième jour de l’alerte qui doit durer jusqu’à ce mercredi, le taux de micro-particules fines (moins de 2,5 microns) évoluait aux alentours de 200 microgrammes par mètre cube d’air, soit plutôt moins que prévu, selon les données fournies par l’ambassade des Etats-Unis à Pékin. Ce chiffre reste toutefois huit fois plus élevé que le niveau recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

>> A lire aussi : Chine: Il crée une brique en aspirant les particules d'air pollué de Pékin

Selon les services météorologiques de la capitale, la baisse d’activité nocive du smog sera de courte durée. Ils s’attendent à ce que le nuage de pollution atteigne son maximum de toxicité à compter de ce lundi soir. La pollution atmosphérique est principalement causée en Chine par la combustion du charbon utilisé pour le chauffage ou la production d’électricité.