Corée du Sud: La confidente de la présidente sud-coréenne dément toute extorsion

JUSTICE Choi Soon-Sil se serait servi de son influence sur la présidente pour extorquer des millions de dollars à des groupes industriels…

20 Minutes avec AFP
— 
Choi Soon-Sil, la confidente de l’ombre de l’ex-présidente de Corée du Sud.
Choi Soon-Sil, la confidente de l’ombre de l’ex-présidente de Corée du Sud. — KOREA POOL

Elle est surnommée la « Raspoutine au féminin » par la presse sud-coréenne. La confidente de l’ombre de l’ex-présidente de Corée du Sud, au centre d’un scandale de corruption qui a débouché sur la plus grave crise politique depuis une génération, a démenti ce lundi les accusations portées contre elle à l’ouverture de son procès pour fraude.

Il s’agissait de la première apparition publique depuis octobre de Choi Soon-Sil. Lors d’une brève audience devant la Cour du district central de Séoul, son avocat a démenti les accusations du parquet selon lesquelles elle avait conspiré avec l’ex-présidente Park Geun-Hye et l’ancien collaborateur de la présidente Ahn Jong-Beom pour extorquer des « dons » à des conglomérats comme Samsung.

Poursuivie pour extorsion et abus de pouvoir

Le visage caché par un masque chirurgical et des lunettes à monture noire, Mme Choi avait été conduite dans un bus spécial de sa cellule où elle est détenue depuis plusieurs semaines jusqu’à la Cour. Sur les images diffusées par la télévision, elle est apparue menottes aux poignets, vêtue de l’uniforme bleu gris des détenus, un numéro sur la poitrine.



L’amie de 40 ans de Park Geun-Hye se serait servie de son influence sur la présidente pour extorquer des millions de dollars aux groupes industriels en question. Elle est poursuivie pour extorsion et abus de pouvoir, en relation avec les coquettes sommes versées par des conglomérats sud-coréens à deux fondations sous son contrôle, et dont elle est accusée de s’être servie comme tiroir-caisse personnel.