Ouragan Matthew: «La France peut faire mieux» pour aider Haïti, juge Ayrault

HAITI La France ne respecte pas encore l’engagement de consacrer 0,7 % de ses revenus à l’aide des pays en développement...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Marc Ayrault en Haïti dans la ville de Jérémie, le 18 décembre 2016.
Jean-Marc Ayrault en Haïti dans la ville de Jérémie, le 18 décembre 2016. — Pierre Michel Jean Douglas CURRAN / AFP

La France « peut faire mieux », a estimé dimanche Jean-Marc Ayrault, en visite en Haïti. Deux mois après l’ouragan Matthew, le ministre français des Affaires étrangères a assuré le pays du soutien de Paris sur le long terme, avouant qu’il y avait une marge d’amélioration pour aider ce pays.

>> A lire aussi : Pourquoi Haïti est-il autant touché par les catastrophes naturelles?

« Quand on voit des situations comme celle d’Haïti, ce peuple qui est dans la misère, je pense que la France doit être consciente qu’elle peut faire mieux », a déclaré Jean-Marc Ayrault lors de son passage à Jérémie, l’une des villes ravagées par Matthew le 4 octobre. Le passage de l’ouragan a fait plus de 540 morts.

La France ne respecte pas l’engagement de verser 0,7 % de ses revenus

« Je ne dirais pas plus, mais mieux. C’est-à-dire que l’aide soit efficace, et ça veut dire passer par les acteurs locaux, par les ONG, s’assurer que l’aide soit mise en œuvre en partant des vrais besoins », a ajouté le ministre français. Dans le seul département de la Grande-Anse, plus de 453.000 personnes ont toujours besoin d’une aide humanitaire avec, en priorité, l’accès à l’eau potable et à la nourriture.

Après le passage de l’ouragan sur trois des dix départements d’Haïti, l’ONU avait lancé un appel à la communauté internationale mais, sur les 139 millions de dollars nécessaires, seuls 64 millions ont pour l’heure été reçus.

En ne versant que près de 0,4 % de son revenu national brut pour l’aide au développement, la France ne respecte pas encore, tout comme la majorité des pays du G20, l’engagement, pris à Doha en 2008, de consacrer 0,7 % de leurs revenus à l’aide des pays en développement.