La fille d'Ingrid Betancourt demande aux FARC d'avoir «pitié» de sa mère

— 

Le président Nicolas Sarkozy a reçu mardi matin la famille d'Ingrid Betancourt
Le président Nicolas Sarkozy a reçu mardi matin la famille d'Ingrid Betancourt — Eric Feferberg AFP

Mélanie Delloye a demandé dimanche aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC- marxistes) d'avoir «pitié» de sa mère Ingrid Betancourt, otage depuis près de 6 ans, dans une interview accordée à la radio privée colombienne Caracol.

En pleurs, le jeune femme s'adressant aux ravisseurs d'Ingrid Betancourt leur demande de «l'aider pour que les conditions de vie de maman ne soient pas aussi dures en lui donnant un dictionnaire, une radio en bon état de marche et une veste» pour les nuits froides dans la jungle.

Puis, Mélanie, qui étudie aux Etats-Unis, demande à Ingrid de ne pas perdre espoir. «Maman, dit-elle, je veux que tu prennes soin de toi, il est vital que tu ne perdes pas l'espoir (....) parce que le jour viendra où nous allons pouvoir à nouveau nous embrasser et nous avons tellement besoin de toi maman.»

Samedi soir, la mère d'Ingrid Betancourt qui se trouve à Caracas, Mme Yolanda Pulecio «a supplié» sur les télévisions colombiennes, le chef des FARC Manuel Marulanda de libérer sa fille ansi qu'un premier groupe d'otages.

Les autorités de Bogota ont publié vendredi des «preuves de vie» de seize otages de la guérilla colombienne, dont une vidéo et une lettre d'Ingrid Betancourt, détenue depuis février 2002. L'otage franco-colombienne apparaît très amaigrie et en mauvaise santé dans la vidéo. Et la lettre montre qu'Ingrid Betancourt est épuisée psychologiquement et lasse de lutter contre les conditions extrêmes de sa détention.