Vol EgyptAir Paris-Le Caire: L'Egypte va rendre les dépouilles aux familles

CRASH AERIEN L’Egypte va rendre aux familles les corps des victimes du crash d’un avion d’EgyptAir reliant Paris au Caire le 19 mai, a annoncé ce samedi le procureur général égyptien…

C.P. avec AFP
— 
Hommage aux victimes du crash du vol Paris-Le Caire d'Egyptair le 26 mai  2016 au Caire.
Hommage aux victimes du crash du vol Paris-Le Caire d'Egyptair le 26 mai 2016 au Caire. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Nouveau rebondissement dans l’enquête sur le crash du vol EgyptAir Paris-Le Caire. Quelques jours après l’annonce par les autorités égyptiennes de la découverte de traces d’explosifs sur le corps de passagers, le procureur général égyptien vient d’annoncer la restitution des corps des victimes.

Coordination avec les ambassades étrangères

Le procureur a ordonné la restitution des corps « des victimes égyptiennes et il y a actuellement une coordination avec les ambassades étrangères pour leur remettre les restes des victimes étrangères » de ce crash qui a fait 66 morts, dont 40 Egyptiens et 15 Français, selon un communiqué.

Le vol MS804 s’était abîmé en mer Méditerranée entre la Crète et la côte nord de l’Egypte après avoir soudainement disparu des écrans radars.

La piste d’attentats confirmée ?

Les autorités égyptiennes ont toujours privilégié la piste de l’attentat et ont annoncé cette semaine avoir retrouvé des traces d’explosifs sur des victimes du crash.

Mais les enquêteurs français sont sceptiques et privilégient l’hypothèse d’un incident technique. L’analyse de l’une des boîtes noires -celle contenant les données de vol- a révélé que des alertes signalant de la fumée à bord s’étaient déclenchées avant le crash de l’Airbus A320.

Le gouvernement français, qui avait de nouveau demandé à l’Egypte cette semaine de remettre les dépouilles des victimes à leur famille, a réagi ce samedi soir à cette annonce : «Il s’agit d’une décision importante, que les familles attendaient avec impatience, et dont les autorités françaises avaient rappelé l’urgence à plusieurs reprises au cours des derniers mois, y compris par la voix de Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international», explique le quai d'Orsay dans un communiqué.  «Les autorités françaises souhaitent que cette décision soit mise en œuvre le plus rapidement possible et se tiennent à la disposition des autorités égyptiennes à cette fin», ajoute-t-il..