Pollution atmosphérique: Pékin placée en «alerte rouge»

POLLUTION La municipalité de Pékin a décrété ce jeudi une «alerte rouge» à la pollution atmosphérique une première en 2016…

20 Minutes avec AFP

— 

Une habitante de Pékin portant un masque de protection contre la pollution le 15 décembre 2016.
Une habitante de Pékin portant un masque de protection contre la pollution le 15 décembre 2016. — Andy Wong/AP/SIPA

Alerte rouge à Pékin. La municipalité a placé la mégalopole chinoise en « alerte rouge » à la pollution atmosphérique, ce jeudi, en prévision d’une vague de brouillard toxique qui s’abattra sur le nord de la Chine durant cinq jours. C’est la première fois que la ville prend cette mesure en 2016.

Circulation alternée et chantiers fermés

Une « alerte rouge » est décrétée lorsqu’un grave épisode de brouillard polluant est susceptible de durer plus de 72 heures. C’est le niveau d’alarme le plus élevé.

La circulation alternée sera mise en place à partir de vendredi matin, selon une notification publiée sur le site Internet du gouvernement de la capitale chinoise.

Les chantiers seront fermés, et des usines et des entreprises devront restreindre ou arrêter leur production : « Les entreprises et les établissements publics pourront ajuster leurs horaires de travail ou demander à leurs employés de travailler chez eux », indique la municipalité.

« Les écoles maternelles et primaires ainsi que les collèges pourront bénéficier d’un emploi du temps flexible ou fermer leurs portes. »

L’alerte a été annoncée alors que Pékin bénéficiait ce jeudi d’un magnifique temps ensoleillé et d’un ciel bleu azur.

>> A lire aussi : Pollution de l'air en Chine: du mieux à Pékin et Shanghai selon Greenpeace

Dispositif d’alerte lancé en 2013

Pékin avait décrété sa première « alerte rouge » en décembre l’an dernier. Il s’agissait alors d’une annonce inédite depuis l’introduction en 2013 d’un système d’urgence contre la pollution atmosphérique.

Le brouillard polluant qui frappe très régulièrement Pékin provient principalement de la combustion du charbon utilisé pour l’électricité et le chauffage, dont la demande augmente durant les rudes hivers pékinois.

La pollution atmosphérique est une source récurrente de mécontentement public en Chine. Le pays s’est développé à une vitesse effrénée ces dernières décennies, au prix de graves problèmes environnementaux.

>> A lire aussi : En Chine, la lutte contre la pollution industrielle dope les ambitions de Veolia et Suez