VIDEO. Chili: Un syndicat de patrons explose le mauvais goût en offrant une poupée gonflable à un ministre

MACHISME Et la blague ne s'arrêtait pas là...

G. N. avec AFP

— 

Hilare, le ministre de l'Economie Luis Felipe Céspedes reçoit son cadeau de Noël, de la part d'un syndicat de parons.
Hilare, le ministre de l'Economie Luis Felipe Céspedes reçoit son cadeau de Noël, de la part d'un syndicat de parons. — George CADENAS / AFP

Un cadeau de Noël d’une colossale finesse. En offrant une poupée gonflable au ministre chilien de l’Economie, une association de chefs d’entreprises a déclenché mercredi une vive polémique dans le pays. La poupée a été offerte mardi soir par l’Association d’exportateurs de produits manufacturés et de services (Asexma) au ministre Luis Felipe Céspedes à l’occasion de son traditionnel dîner de Noël. Elle était accompagnée du message, glissé dans sa bouche : « Pour stimuler l’économie. »

La chef de l’Etat socialiste, Michelle Bachelet, ex-présidente d’ONU Femmes, a immédiatement dénoncé sur Twitter une offrande « intolérable », rappelant : « la lutte pour le respect de la femme a été un principe essentiel au cours de mes deux mandats ».

Excuses des intéressés

Le ministre, qui avait reçu le cadeau avec un grand sourire, a demandé pardon. « J’ai été pris par surprise et ma réaction n’a pas été adéquate », a-t-il reconnu mercredi devant la presse. Le président d’Asexma, Roberto Fantuzzi, a lui aussi fait amende honorable sur le même réseau social : « J’ai une femme, des filles et des petites-filles, jamais l’intention n’a été de générer de la violence contre la femme. »

Le mauvais goût du cadeau a été largement dénoncé sur les réseaux sociaux, dans ce pays où les associations féministes se mobilisent contre la culture machiste encore très présente au Chili. « Asexma a offert au ministre une poupée, parce que pour eux l’économie c’est comme les femmes, il faut la stimuler », a critiqué le Mouvement pour les droits sexuels et reproductifs (Miles), fustigeant un cadeau « sexiste et misogyne » et un « spectacle dénigrant ».