Samir Geagea: l'ennemi intime d'Aoun

LIBAN Alors que la présidentielle au Liban a de nouveau été reportée d'une semaine, au 7 décembre, 20minutes.fr vous propose une galerie de portraits des protagonistes de la crise libanaise...

De notre correspondant au Liban, David Hury

— 

"Ce qui se passe n'a rien à voir avec la démocratie. C'est un véritable coup d'Etat", a déclaré le leader chrétien Samir Geagea, allié du gouvernement, qui a qualifié les actions des manifestants de "terroristes".
"Ce qui se passe n'a rien à voir avec la démocratie. C'est un véritable coup d'Etat", a déclaré le leader chrétien Samir Geagea, allié du gouvernement, qui a qualifié les actions des manifestants de "terroristes". — Marwan Naamani AFP
Alors que la présidentielle au Liban a de nouveau été reportée d'une semaine, au 7 décembre, 20minutes.fr vous propose une galerie de portraits des protagonistes de la crise libanaise.

Ennemi intime de Michel Aoun depuis la guerre de libération de 1989-1990 qui les a opposés, le chef des Forces libanaises est lui aussi de retour aux affaires. En juillet 2005, il a été amnistié par l’actuelle majorité alors qu’il croupissait en prison depuis 11 ans. Farouche opposant au président Lahoud (il avait été condamné alors que celui-ci était commandant en chef de l’armée), ce pilier de la rue chrétienne libanaise est aujourd’hui l’allié du clan Hariri et du druze Walid Joumblatt.

Originaire d’une famille modeste du nord du Liban, Geagea fait l’objet d’un véritable culte de la personnalité chez ses partisans – tout comme Aoun d’ailleurs. A 55 ans, il n’a rien perdu de sa verve pour tirer à boulets rouges sur le régime syrien de Bachar el-Assad et sur les alliés de ce dernier au Liban. Depuis un an, il fait tout pour barrer la route de la présidence au général Aoun. Mais la candidature du chef de l’armée, Michel Sleimane, ne le convainc pas non plus, considérant «difficilement acceptable» l’amendement constitutionnel requis pour son élection. Une position qui pourrait changer dans les prochains jours.