Turquie : Ce que l’on sait du double attentat qui a fait 38 morts et 166 blessés à Istanbul

ATTENTAT Ces attaques n'ont pas encore été revendiquées...

M.C.
— 
Des services de secours et des ambulances près du stade du Besiktas à Istanbul après un attentat, le 10 décembre 2016.
Des services de secours et des ambulances près du stade du Besiktas à Istanbul après un attentat, le 10 décembre 2016. — Halit Onur Sandal/AP/SIPA

« Nous avons assisté, ce soir à Istanbul, à la manifestation la plus hideuse du terrorisme », a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan. Un double attentat a frappé la Turquie samedi, dans le cœur touristique d’Istanbul, faisant au moins 38 morts et 166 blessés, d’après le dernier bilan dimanche révélé par le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait de ces attaques.

Un car de police et plusieurs véhicules détruits par une explosion aux abords du stade du Besiktas à Istanbul, le 10 décembre 2016.
Un car de police et plusieurs véhicules détruits par une explosion aux abords du stade du Besiktas à Istanbul, le 10 décembre 2016. - OZAN KOSE / AFP

Que s’est-il passé ?

Ce devait être une soirée légère : les « Aigles noirs » de Besiktas venaient de remporter un match crucial contre Bursaspor (2-1), leur permettant de rester dans la course au titre. Profitant du temps clément, des supporters, bière à la main, refaisaient le match dans le parc voisin de Maçka.

Mais leur insouciance a brutalement pris fin à 22 h 29 (20 h 29, heure française), lorsqu’une voiture piégée a explosé contre un véhicule de transports de la police près du stade. Quelque 45 secondes plus tard, un kamikaze se faisait exploser au milieu d’agents dans le parc de Maçka.

Quel est le bilan ?

« Il apparaît que ces explosions, qui se sont produites juste après le match Besiktas-Bursaspor, avaient pour but de causer le plus grand nombre possible de victimes », a souligné le président turc dans un communiqué.

« Des terroristes (…) ont attaqué nos forces de sécurité héroïques qui assuraient la sécurité de nos supporters et des supporters de l’équipe visiteuse Bursaspor. (…) Nous nous dresserons contre ces lâches », a réagi le club de Besiktas.

Le bilan du double attentat est désormais de 38 tués et 166 blessés, a annoncé dimanche le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu. Au total, 30 policiers, sept civils et une personne dont l’identité n’a pas encore été déterminée ont été tués dans le double attentat qui a eu lieu à proximité du stade de l’équipe de football de Besiktas, a précisé le ministre.

Les attaques ont-elles été revendiquées ?

Non, pas pour le moment. « Le nom de l’organisation terroriste qui a commis cette lâche attaque n’a aucune importance », a affirmé Recep Tayyip Erdogan, ajoutant : « Que personne ne doute que nous parviendrons à vaincre ces organisations terroristes et ceux qui se trouvent derrière. » Il s’agit d’une « attaque terroriste qui visait clairement les forces de police antiémeute », a quant à lui déclaré le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus.

Où en est l’enquête ?

Dix personnes ont été interpellées et placées en garde à vue en lien avec cette attaque, la dernière d’une vague d’attentats qui a ensanglanté la Turquie depuis l’été 2015, a précisé le ministre. Le Premier ministre Binali Yildirim a aussi ordonné dimanche la mise en berne des drapeaux pour une journée de deuil national