Gouvernement Trump: Rudy Giuliani ne sera pas secrétaire d'Etat

ETATS-UNIS L'ancien maire de New York s'est retiré de la course, laissant le champ libre à Mitt Romney

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien maire de New York, Rudy Giuliani.
L'ancien maire de New York, Rudy Giuliani. — C.KASTER/AP/SIPA

Rudy Giuliani, ex-maire de New York et fidèle allié de Donald Trump, a renoncé à faire partie de l’administration du prochain président des Etats-Unis, a annoncé ce dernier vendredi.

Le communiqué de son équipe explique que Rudy Giuliani, 72 ans, « a retiré » sa candidature à tout poste le 29 novembre lors d’un rendez-vous avec Donald Trump. Il était l’un des finalistes pour le poste de chef de la diplomatie, le plus prestigieux du cabinet présidentiel.

« Il est et continue de rester un ami personnel proche, et je ferai appel à lui au besoin pour ses conseils, et je le vois à une place importante de l’administration à l’avenir », a déclaré Donald Trump. « Rudy aurait été un membre extraordinaire du cabinet, à plusieurs postes, mais je respecte complètement et je comprends ses raisons pour rester dans le secteur privé », a ajouté le président élu.

La route dégagée pour Romney ?

Rudy Giuliani n’a pas justifié son retrait de la course, mais dans le communiqué de l’équipe Trump, il est cité déclarant que cette décision n’avait « rien à voir avec moi, cela a à voir avec ce qui est le mieux pour le pays et la nouvelle administration ». Il explique qu’il continuera ses activités de consultant.

C’est le troisième poids lourd républicain à avoir soutenu sans retenue Donald Trump pendant la campagne qui se retrouve exclu de l’équipe présidentielle, avec l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich et le gouverneur du New Jersey Chris Christie, dont l’avenir n’est pas encore officiel mais qui a été écarté de l’équipe de transition.

Le retrait de Rudy Giuliani laisse le champ libre à Mitt Romney. Mais alors que l’ancien candidat avait vertement critiqué Donald Trump pendant la campagne, d’autres noms circulent, dont celui de l’ancien chef de la CIA David Petraeus ou du patron d’ExxonMobil, Rex Tillerson.