Un ministre algérien tient des propos antisémites

- ©2007 20 minutes

— 

La Ligue des droits de l'homme, le Mrap et la Licra ont fermement condamné hier les propos du ministre algérien des Anciens Combattants, qui attribue à l'influence d'un « lobby juif » l'accession au pouvoir du président français, qui doit effectuer, du 3 au 5 décembre, une visite d'Etat en Algérie. Au Quai d'Orsay, en revanche, on s'est simplement « étonné » des propos tenus par Mohamed-Cherif Abbas.

Dans une interview publiée lundi par le journal Al Khabar, le ministre accuse à mots à peine couverts Nicolas Sarkozy d'être un agent à la solde d'Israël. Des déclarations qui n'ont suscité aucun émoi dans le milieu politique algérien. En revanche, la venue, aux côtés du président français, du chanteur Enrico Macias, pourtant né en Algérie, avait été publiquement désapprouvée par le Premier ministre algérien, Abdelaziz Belkhadem. L'artiste a finalement annulé son déplacement.