Donald Trump fait-il ramper Mitt Romney pour mieux l'humilier?

ETATS-UNIS Plus le temps passe, et plus l’hypothèse d'une vengeance fait son chemin...

Philippe Berry

— 

Mitt Romney a rencontré Donald Trump, faisant pleuvoir les critiques des internautes
Mitt Romney a rencontré Donald Trump, faisant pleuvoir les critiques des internautes — Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Certes, ça serait un plan machiavélique digne de Ramsay Bolton dans Game of Thrones. Mais alors que Donald Trump fait durer le suspense sur son choix pour le poste de secrétaire d’Etat depuis plus de deux semaines, et qu’il a mis en scène les auditions de Mitt Romney comme un épisode de The Apprentice, de nombreux observateurs se posent la question : Trump a-t-il vraiment pardonné à Romney ses attaques, ou le fait-il danser et chanter ses louanges pour mieux le poignarder, sans aucune intention de le nommer chef de la diplomatie ? Alors que Trump valorise plus que tout la loyauté, une vengeance est tout sauf impossible.

« La romance Trump-Romney pourrait être un gros traquenard », estime la commentatrice conservatrice de CNN, S.E. Cupp dans un édito. « Ceux qui ne sont pas cyniques espèrent que Trump veut apaiser ses détracteurs en se montrant magnanime, mais je n’y crois pas. L’affaire pue comme la scène du bal de Stephen King ». Romney va-t-il finir avec un seau de sang de cochon sur la tête, comme Carrie, face à un Donald Trump, hilare, annonçant le nom de Rudy Giuliani ou du général Petraeus ? Ses proches le craignent, selon Cupp. Et vu son air de brebis apeurée sur la photo du dîner en compagnie du président élu, l’intéressé aussi, visiblement. On rappellera une citation de Donald Trump, lancée à ses supporteurs : « Si quelqu’un vous baise, rendez-leur la pareille dix fois plus fort. »

« Donald Trump est un charlatan et un imposteur »

Certes, le président élu s’est rapproché d’anciens adversaires, comme Chris Christie et Ben Carson. Mais ces derniers ont été les premiers à monter à bord du train Trump après avoir jeté l’éponge lors de la primaire. Christie, qui s’est moqué lors d’un débat de « l’entertainer in chief » Trump, est même un ami de longue date du magnat de l’immobilier.

Mitt Romney, lui, a passé plusieurs mois à à torpiller le candidat républicain à la tête du mouvement #NeverTrump. « Donald Trump est un charlatan, un imposteur. Ses promesses ne valent pas mieux qu’un diplôme de l’université Trump. Il prend les Américains pour des pigeons », avait-il déclaré en mars dans un plaidoyer au vitriol de 17 minutes. Il n’a pas voulu se représenter mais il a finalement convaincu le Mormon Evan McMullin de se lancer dans la course pour offrir une alternative à Trump. Et lors de l’épisode de la vidéo d’Access Hollywood, il a violemment dénoncé les propos du candidat républicain, l’accusant de « faire l’apologie des agressions sexuelles ».

« J’ai passé une merveilleuse soirée avec Donald Trump »

Vu le passif entre les deux hommes, la collaboratrice de Fox News Gina Loudon mise aussi sur un coup fourré de Trump, « rusé comme un renard ». Alors que les autres personnes sur la short list de Donald Trump ont été reçues en relative discrétion, la venue de Mitt Romney a en effet été annoncée avec fracas. Lors du dîner, un parterre de journalistes l’attendaient, le micro tendu.

« J’ai passé une merveilleuse soirée avec Donald Trump. Nous avons eu des discussions très instructives sur les affaires du monde. Et il a gagné et ce n’est pas facile, j’en sais quelque chose », a lancé l’ancien gouverneur du Massachusetts après avoir embrassé l’anneau trumpien. L’ancien candidat Newt Gingrich, qui s’imaginait un temps secrétaire d’Etat a juré n’avoir « jamais vu un tel léchage de bottes ». On attend l’épilogue, avec le gendre Jared Kushner dans le rôle de Roose Bolton glissant sa lame entre les omoplates de Mitt Romney en murmurant : « The Trumps send their regards. »