Trump président: Un grand électeur républicain refuse de voter pour lui

ETATS-UNIS Il réserve son vote à un candidat qu’il juge « digne d’occuper le poste présidentiel »…

M.C.

— 

Des anciens combattants tiennent le drapeau américain sur la scène de la convention républicaine à Cleveland le 18 juillet 2016
Des anciens combattants tiennent le drapeau américain sur la scène de la convention républicaine à Cleveland le 18 juillet 2016 — Robyn BECK AFP

Au lendemain de la victoire de Donald Trump, la question avait traversé l’esprit de beaucoup : et si les grands électeurs républicains délégués par le peuple américain décidaient de ne pas voter pour lui ? C’est justement la résolution que vient d’annoncer l’un d’entre eux.

Dans une tribune publiée par le New York Times, Christopher Suprun, membre du collège électoral du Texas, affirme que, contrairement à ses camarades républicains, il ne votera pas pour Trump, mais pour un candidat qu’il juge « digne d’occuper le poste présidentiel ».

Sept démocrates ne voteront pas pour Hillary Clinton

Le républicain fait valoir que son devoir constitutionnel est de voter en accord avec sa conscience et non seulement en fonction du choix du parti. Sa conscience, explique-t-il, lui dicte que Donald Trump n’est pas digne de gouverner. Il affiche sa préférence pour un autre républicain, le gouverneur de l’Ohio John Kasich.

Christopher Suprun, un pompier qui était parmi l’un des premiers à intervenir au Pentagone le 11 septembre 2001, est, côté républicain, le premier « grand électeur renégat », comme sont appelés ceux qui vont à l’encontre du choix de leur parti. Chez les démocrates, sept grands électeurs ont déjà fait part de leur intention de ne pas voter pour Hillary Clinton, afin de protester contre la victoire de Donald Trump.

Ces revirements ne devraient avoir aucune conséquence

Bien que rares, ces retournements sont techniquement possibles : même dans les 26 Etats où ils sont légalement tenus de respecter le verdict des urnes, les 538 grands électeurs peuvent encore « désobéir », ce qui les rend passibles d’une amende. Plus de 4,3 millions de personnes ont d’ailleurs signé en novembre une pétition sur le site change.org pour demander aux 538 grands électeurs d’élire Hillary Clinton.

Mais dans les faits, le revirement de quelques grands électeurs ne devrait avoir aucune conséquence sur l’issue du vote : Hillary Clinton, qui a remporté le vote populaire en devançant son adversaire de 2,6 millions de voix, ne peut compter que sur 232 grands électeurs, contre 306 pour Donald Trump. C’est donc bien le républicain qui devrait être formellement élu le 19 décembre, un mois avant son investiture le 20 janvier.