Autriche: Le FPÖ, parti d'extrême droite reconnaît sa défaite face au candidat écologiste

POLITIQUE L'annonce de la victoiredu candidat écologiste a provoqué une explosion de joie des partisans du candidat, rassemblés au palais de la Hofburg à Vienne...

20 Minutes avec AFP
— 
Alexander Van der Bellen, le candidat des écologistes a remporté l'élection présidentielle dimanche 4 décembre 2016 face au FPÖ.
Alexander Van der Bellen, le candidat des écologistes a remporté l'élection présidentielle dimanche 4 décembre 2016 face au FPÖ. — Ronald Zak/AP/SIPA

La fin d'un long suspence. L'écologiste libéral Alexander Van der Bellen a nettement remporté le second tour de la présidentielle autrichienne dimanche, selon les projections de la télévision publique autrichienne, devançant le candidat du parti d'extrême droite (FPÖ) Nobert Hofer, dont le camp a reconnu sa défaite. Même si le résultat officiel ne sera proclamé que lundi.

L'extrême droite autrichienne a perdu dimanche son pari de concrétiser la poussée populiste en Europe en faisant élire son candidat à la présidence. «Je suis infiniment triste que cela n'ait pas marché», s'est incliné Nobert Hofer dans un communiqué. «Je félicite Alexander Van der Bellen pour son succès et appelle tous les Autrichiens à rester solidaires et à travailler ensemble».

Le candidat du FPÖ recconaît la défaite

M. Van der Bellen, 72 ans, ancien doyen de la faculté d'économie de Vienne et ancien dirigeant des Verts, est crédité de 53,3% des voix, selon les premières projections, contre 46,7% à M. Hofer, 45 ans, vice-président du parlement et cadre du FPÖ depuis 25 ans.

 Cette fois-ci, le parti d'extrême droite a fait savoir qu'il ne contesterait pas les résultats.

«Très soulagés et très reconnaissants»

Ce résultat marque un revers pour un camp populiste galvanisé par le Brexit en juin et la victoire de Donald Trump à la présidence américaine il y a un mois. «Nous sommes tous très soulagés et très reconnaissants», a déclaré le directeur de campagne de M. Van der Bellen, Lothar Lockl. L'annonce de cette victoire a provoqué une explosion de joie des partisans du candidat, rassemblés au palais de la Hofburg à Vienne.

53,6% contre 46,4% selon les premiers chiffres

Alexander Van der Bellen, 72 ans est crédité de 53,6% des voix contre 46,4% à son adversaire de 45 ans, selon ces projections intégrant les votes par correspondance que ne seront décomptés que lundi. «Je souhaite féliciter M. Van der Bellen pour ce succès», a déclaré le secrétaire général du Parti de la liberté (FPÖ), Herbert Kickl, à la télévision publique.

En progression par rapport à mai

L'ancien professeur d'université qui se présentait sous l'étiquette d'indépendant enregistre dans de nombreuses circonscriptions une progression de plusieurs points par rapport au second tour du mois de mai qui avait été annulé, selon les résultats partiels qui ont commencé à être publiés. Alexander Van der Bellen avait remporté ce premier duel sur le fil avec un peu moins de 31.000 voix d'avance, au terme du dépouillement des votes par correspondance qui avaient départagé les candidats, 24h00 après le dépouillement des urnes.

Bien que le rôle du chef de l'Etat autrichien soit essentiellement protocolaire, Norbert Hofer et le FPÖ voulait faire de ce scrutin un symbole et engranger une nouvelle victoire pour le camp populiste, six mois après le Brexit et un mois après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Le parti d'extrême droite entendait conforter son implantation dans le paysage politique autrichien et transformet ce scrutin en tremplin vers la Chancellerie, le coeur du pouvoir exécutif, dans la perspective de législatives prévues au plus tard en 2018.

En France, les réactions des politiques affluent sur Twitter, saluant une victoire contre le populisme.