L’Autriche va-t-elle élire un président d’extrême droite ?

ELECTION Norbert Hofer, le candidat de l’extrême droite, et Alexander Van der Bellen, écologiste libéral, s’affrontent ce dimanche au second tour de la présidentielle…

Laure Cometti
— 
Des affiches à l'effigie de Norbert Hofer, candidat de l'extrême droite à l'élection présidentielle en Autriche, le 23 mai 2016 à Vienne.
Des affiches à l'effigie de Norbert Hofer, candidat de l'extrême droite à l'élection présidentielle en Autriche, le 23 mai 2016 à Vienne. — Ronald Zak/AP/SIPA

C’est l’épilogue d’un feuilleton électoral interminable en Autriche où se déroule ce dimanche le second tour d’une élection présidentielle très attendue. Les Autrichiens sont appelés à choisir entre Norbert Hofer, le candidat du Parti de la liberté (FPÖ), situé à l’extrême droite, et Alexander Van der Bellen, écologiste libéral qui se présente en indépendant.

Marathon électoral

L’élection présidentielle autrichienne a eu son lot de rebondissements. Pour la première fois, les candidats des deux grands partis, social-démocrate (SPÖ) et conservateur (ÖVP), qui gouvernent l’Autriche depuis 1945, ont été éliminés au premier tour le 24 avril 2016.

Au second tour, Norbert Hofer est finalement battu sur le fil, après le dépouillement des votes par correspondance. L’investiture de l’ancien patron des Verts est donc fixée en juillet mais un nouveau coup de théâtre l’en empêche. Après une contestation du FPÖ, la Cour constitutionnelle décide d’invalider l’élection. S’il n’y a pas eu de fraude, plusieurs dizaines de milliers de bulletins du vote par correspondance ont été dépouillés soit en dehors des heures légales, soit sans la supervision requise.

Le nouveau second tour est fixé au 2 octobre 2016. Les deux candidats remontent en selle et la campagne repart. Mais, à deux semaines du scrutin, l’élection est reportée à cause d’un problème de colle défectueuse sur les enveloppes du vote par correspondance.

« Les Autrichiens en ont un peu marre »

Ce marathon électoral devrait enfin s’achever ce dimanche. « On ignore si ces événements auront un impact sur la participation, comme le craignent certains observateurs. Ce qui est sûr, c’est que globalement les Autrichiens en ont un peu marre », explique Sonja Puntscher-Riekmann, professeure de sciences politiques et directrice du centre d’études européennes de l’université de Salzbourg.

Alexander van der Bellen et Norbert Hofer lors du dernier débat présidentiel, le 27 novembre 2016.
Alexander van der Bellen et Norbert Hofer lors du dernier débat présidentiel, le 27 novembre 2016. - JOE KLAMAR / AFP

Les sondages donnent toujours les candidats au coude-à-coude, six mois après le premier second tour extrêmement serré. Entre-temps, les Britanniques ont voté pour la sortie de l’Union européenne (UE), le 24 juin dernier. « Le FPÖ a voulu surfer sur le sentiment eurosceptique après le Brexit, en proposant un référendum similaire, mais il s’est rétracté, car les Autrichiens sont majoritairement europhiles », souligne Sonja Puntscher-Riekmann.

Crise des réfugiés, difficultés économiques et rejet du « système »

Quant à la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, elle a donné des ailes aux partis d’extrême droite et aux mouvements populistes européens. « L’immigration a été l’un des enjeux clés du Brexit et de la victoire de Trump, et elle est aussi au cœur de l’élection autrichienne », estime Gilles Ivaldi, chargé de recherche en sciences politiques au CNRS et à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Le pays est voisin de l’Allemagne, qui a opté pour une politique d’accueil, et la Hongrie, qui a choisi de fermer ses frontières.

Deux autres facteurs expliquent, selon les deux chercheurs, que l’extrême droite se retrouve aux portes du pouvoir en Autriche : la crise économique (le taux de chômage n’a jamais été aussi élevé depuis l’après-guerre) et le rejet des partis traditionnels, dont les électeurs ont été siphonnés par le FPÖ, qui a réussi son opération de « normalisation ».

« Une nouvelle pierre dans le jardin de l’UE »

Un processus ancien, comme le rappelle Sonja Puntscher-Riekmann, puisque « le FPÖ a intégré une coalition gouvernementale dès les années 1980 ». Puis l’arrivée de Norbert Hofer a permis de « donner un visage plus jeune et plus présentable au parti, poursuit Gilles Ivaldi, à l’instar de ce qu’a fait Marine Le Pen au Front national en France ».

Norbert Hofer, candidat du FPÖ, le 27 novembre 2016 à Vienne (Autriche).
Norbert Hofer, candidat du FPÖ, le 27 novembre 2016 à Vienne (Autriche). - Ronald Zak/AP/SIPA

Une éventuelle victoire de Norbert Hofer pourrait être un tournant pour l’Autriche et l’UE, en dopant « le populisme, sous diverses formes, qui a le vent en poupe dans les démocraties occidentales », observe le chercheur. Toutefois, la fonction présidentielle « est par coutume plutôt honorifique » en Autriche. Le président élu a néanmoins le pouvoir de dissoudre le Parlement. Il peut aussi peser dans les négociations à Bruxelles. « Norbert Hofer a déjà fait savoir qu’il s’opposerait à l’adhésion de la Turquie et à plus d’intégration et d’harmonisation européenne. S’il gagne, ce sera une nouvelle pierre dans le jardin de l’UE. » Un fardeau dont Bruxelles se passerait bien, à quelques mois du début des négociations sur le Brexit et avant une année 2017 au calendrier électoral chargé, notamment en France, aux Pays-Bas et en Allemagne.