Pour un quart des Européens, le viol peut «parfois être justifié» selon un rapport

VIOLENCES Selon un rapport sur les violences liées au genre publié mercredi par la Commission européenne, 22 % des Européens estiment que les victimes de viol exagèrent ou inventent…

O. G.

— 

Chaque année en France, 201.000 femmes subissent les violences, physiques ou sexuelles, de leur compagnon. En 2012, 148 en sont mortes. Photo d'illustration.
Chaque année en France, 201.000 femmes subissent les violences, physiques ou sexuelles, de leur compagnon. En 2012, 148 en sont mortes. Photo d'illustration. — A. GELEBART/20 MINUTES

Le viol toujours autant sujet à polémiques et préjugés. Dans un rapport sur les violences liées au genre en général commandé par la Commission européenne et publié mercredi, un chiffre fait froid dans le dos : un quart des Européens, ou plus précisément 27 % des 27.000 citoyens européens interviewés, estiment qu’un viol peut se justifier dans certaines circonstances.

>> A lire aussi : En France, la culture du viol continue de faire des ravages

Des disparités entre pays

Pire, 17 % des sondés pensent que les violences envers les femmes sont souvent provoquées par les victimes. Autre préjugé coriace 22 % sont d’accord avec l’idée que les femmes inventent ou exagèrent souvent les accusations de mauvais traitement ou de viol quand elles le racontent.

Avec des différences notables entre les pays européens. Selon le rapport, ces accusations exagérées sont avancées par 47 % des personnes sondées à Malte, 44 % à Chypre et 42 % en Lituanie contre seulement 8 % en Suède et 13 % en France et en Italie.

>> A lire aussi : Dépôt de plainte après un viol: «Pour moi, c’était perdu d’avance»

Les « justifications » avancées

Parmi les « justifications » avancées, on remarque l’alcool, les tenues sexys et le fait d’accepter d’aller chez une personne. Ainsi, le viol peut être justifié si la victime était ivre ou sous l’effet d’une drogue pour 12 % des sondés.

Le fait de se rendre volontairement chez quelqu’un justifie le viol pour 11 % des sondés. Dernière possibilité : porter une tenue « légère, provocante ou sexy », de ne pas dire clairement « non » ou de ne pas riposter physiquement justifie un viol pour 10 % des personnes interviewées.

>> A lire aussi : Viol: 30 % des hommes pourraient passer à l’acte s’ils étaient sûrs de ne pas être poursuivis

Ces arguments ne sont pas retenus de façon similaire selon les pays. Selon RTL, elles sont « le plus souvent évoquées dans les pays comme la Hongrie (47 %) ou encore la Roumanie (55 %), à l’inverse de l’Espagne (8 %) ou la Suède (6 %). Mais (mauvaise) surprise, la France, elle, se positionne tout de même dans la moitié supérieure du classement, avec 31 % d’opinions allant dans le sens de ces justifications. »