Crash d’avion en Colombie: L'hypothèse d'une panne de carburant se renforce

ACCIDENT Un message du pilote à la tour de contrôle juste avant la chute de l'appareil semble confirmer cette piste...

M.C. avec AFP

— 

Les secours s'activent à Medellin, Colombie, pour retrouver des survivants au crash le 29 novembre 2016.AP Photo/Luis Benavides
Les secours s'activent à Medellin, Colombie, pour retrouver des survivants au crash le 29 novembre 2016.AP Photo/Luis Benavides — Luis Benavides/AP/SIPA

La thèse d’une panne de carburant semble se confirmer, après le crash aérien qui a fait 71 morts et décimé le club de football brésilien de Chapecoense, en route pour sa première finale continentale.

« Les causes s’orientent, possiblement, vers un problème de carburant (…) C’est une hypothèse qui se renforce, mais qui doit être analysée par les enquêteurs, comme les informations de la boîte noire ou les enregistrements de la tour de contrôle », a déclaré à des journalistes Alfredo Bocanegra, directeur de l’Aviation civile colombienne.

L’autonomie de l’appareil inférieure à la distance à parcourir ?

Cette éventualité semblait corroborée par un message du pilote à la tour de contrôle : « Mademoiselle, Lamia 2933 est en panne totale, panne électrique totale, sans carburant ! », a lancé Miguel Quiroga, peu avant 22h lundi (4h mardi, heure française), à quelques minutes du crash. L’enregistrement de ce message, diffusé mercredi par plusieurs grands médias colombiens, n’a pas été confirmé par les autorités.

>> A lire aussi : Quel est ce club de Chapecoense, décimé dans l'accident?

Selon des médias brésiliens, l’autonomie de ce British Aerospace 146 de la compagnie bolivienne Lamia, mis en service en 1999, serait légèrement inférieure à la distance entre Santa Cruz, en Bolivie, d’où il venait, et Medellin. Les médias colombiens, qui citent des enquêteurs, affirment que l’avion attendait qu’un autre appareil se pose pour atterrir à son tour.

Une source militaire avait auparavant déclaré à l’Agence France Presse qu’il était « très suspect que malgré la chute de l’appareil, celui-ci n’ait pas explosé. Cela renforce la théorie du manque de carburant à bord de l’appareil ». Une théorie qui devra être confirmée par l’analyse des deux boîtes noires de l’appareil, retrouvées en « parfait état », selon l’Aviation civile. « Elles devraient tout nous dire », a déclaré le ministre colombien des Transports, Jorge Eduardo Rojas.