Etats-Unis: Pas de poursuite contre le policier qui avait abattu un Noir à Charlotte

FAIT DIVERS L'officier a agi «dans le cadre de la loi», selon le procureur...

P.B. avec AFP

— 

Keith Lamont Scott, abattu par un policier le 20 septembre 2016, semblait porter une arme attachée autour de sa cheville quelques minutes avant le drame.
Keith Lamont Scott, abattu par un policier le 20 septembre 2016, semblait porter une arme attachée autour de sa cheville quelques minutes avant le drame. — Diedra Laird/AP/SIPA

La mort de Keith Lamont Scott, un Afro-Américain de 43 ans, avait provoqué plusieurs nuits d’émeutes à Charlotte, fin septembre. Mais mercredi, le procureur Andrew Murray a annoncé que le policier Brentley Vinson, noir lui aussi, ne serait pas poursuivi car son action était « conforme à la loi ».

Le procureur a passé en revue de nombreuses images et vidéos pour justifier la décision. Selon lui, Keith Lamont Scott, que les policiers ont aperçu en train de rouler un joint dans sa voiture, était armé. Un pistolet avec son ADN a été retrouvé sur les lieux du drame, et il portait un étui de revolver à la cheville. Les images ne permettent toutefois pas de savoir s’il tenait l’arme dans ses mains, comme l’affirment les policiers.

Pas d’incident mercredi soir

"Scott n’a pas obéi aux ordres, a agi de façon aberrante, est sorti de son véhicule arme au poing, n’a pas couru, n’a pas lâché son arme, pas laissé son arme dans la voiture, mais reculé, s’adressant aux policiers", a énuméré Andrew Murray. Selon lui, le policier Brentley Vinson s’est senti en situation de danger "imminent" et a fait feu à quatre reprises. "Je suis pleinement satisfait et entièrement convaincu que l’utilisation de la force létale par l’officier Vinson était conforme à la loi", a jugé M. Murray, pour justifier l’absence de poursuites.

L’un des avocats de la famille de Keith Lamont Scott, Eduardo Curry, a expliqué que les conseils allaient repasser en revue tout le dossier, afin de "mener une enquête minutieuse" sur l’investigation policière elle-même. La famille, ajoute-t-il, est "toujours effondrée par cette perte" et réfléchit pour intenter une action au civil. Son appel au calme semblait avoir été entendu, sans incident majeur à déplorer mercredi soir.