Pour éviter tout conflit d'intérêt, Trump va se séparer de ses entreprises

POLITIQUE « La présidence est une tâche bien plus importante » que la gestion des affaires, a lancé le président élu…

20 Minutes avec AFP
— 
Donald Trump constitue son équipe gouvernementale dans son club de golf près de New York.
Donald Trump constitue son équipe gouvernementale dans son club de golf près de New York. — Marie Le Blé

Donald Trump a promis ce mercredi sur Twitter que ce serait une « conférence de presse majeure ».

Le 15 décembre prochain, le président élu donnera les détails sur la manière dont il compte cesser, le temps de sa présidence, de gérer son immense empire immobilier international afin d’éviter tout conflit d’intérêt.

Donald Trump a précisé qu’il s’exprimera à New York lors de cette conférence de presse, en présence de ses enfants.

Aucune obligation légale

La conférence de presse portera « sur le fait que je quitterai ma formidable entreprise afin de me concentrer entièrement et totalement à la direction du pays et de redonner à l’AMERIQUE SA GRANDEUR ! », précise le président élu sur Twitter.

De nombreuses questions de conflits d’intérêts sont soulevées par l’arrivée inédite à la Maison Blanche d’un milliardaire à la tête d’un empire économique aux ramifications internationales.

Dans une série de tweets, qui n’aborde que ce sujet, Donald Trump réaffirme que légalement il n’a aucune obligation de s’isoler de la gestion de son entreprise.

Conflit d’intérêt

« Je sens que c’est important (…) de n’avoir aucun conflit d’intérêt avec mes diverses affaires, en tant que président », indique Donald Trump.

« Par conséquent, des documents légaux sont en cours de rédaction qui font que je me retire totalement des opérations de gestion des affaires. La présidence est une tâche bien plus importante ! », souligne t-il.

Donald Trump envisagerait de confier la direction de ses affaires à trois de ses enfants, selon les maigres détails qu’il a lui-même donnés depuis qu’il s’est lancé dans la course à la Maison Blanche en juillet 2015.

De nombreux experts ont souligné que cela ne réglerait en rien les problèmes de conflits d’intérêts, ces trois enfants, étant de très proches conseillers de leur père et jouant un rôle actif dans les nominations de la future administration Trump.