Etats-Unis : Tom Price, farouche opposant à l’avortement, nommé ministre de la Santé

POLITIQUE Selon le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, « nommer Price ministre de la Santé, c’est comme demander au renard de garder le poulailler »…

20 Minutes avec agences

— 

Tom Price, républicain anti-avortement et farouche opposant à la réforme de l'assurance maladie Obamacare, a été nommé mardi 29 novembre ministre de la Santé aux Etats-Unis.
Tom Price, républicain anti-avortement et farouche opposant à la réforme de l'assurance maladie Obamacare, a été nommé mardi 29 novembre ministre de la Santé aux Etats-Unis. — J. Scott Applewhite/AP/SIPA

Il a 62 ans, a travaillé pendant vingt ans dans le secteur privé comme chirurgien orthopédique, est opposé à l’avortement et dénonce farouchement la réforme de l’assurance maladie Obamacare (ou « Affordable Care Act ») ou le système public de couverture maladie Medicare. Tom Price a été nommé ce mardi ministre de la Santé par Donald Trump.

>> A lire aussi : Trump fait durer le suspense pour son gouvernement

Le président des Etats-Unis qui prendra ses fonctions en janvier a justifié son choix en assurant que Tom Price était « exceptionnellement qualifié pour mener à bien » l’engagement « d’abroger et de remplacer Obamacare afin de donner à tous les Américains une couverture santé abordable et accessible ».

Ces votes tranchés souvent salués par une grande association luttant contre l’IVG

« Il y a beaucoup à faire pour s’assurer que nous avons un système de santé qui fonctionne pour les patients, les familles et les médecins », a, pour sa part, déclaré Tom Price, qui siège pour la Géorgie (sud-est) à la Chambre des représentants depuis 2004.

Depuis plus de dix élections, ses votes reflètent d’ailleurs son opposition à la prise en charge de la contraception, son rejet de l’Obamacare ou sa position concernant « la protection du fœtus ». Ces votes tranchés qui sont souvent salués par une grande association américaine luttant contre l’IVG, « National Right to Life », qui lui accorde un sans-faute avec mention spéciale sur son site Internet.

>> A lire aussi : Présidentielle américaine. « Alt-right », la face cachée de Donald Trump

« Des millions de travailleurs sont sur le point de découvrir ce qu’ils se sont infligé »

De fait, l’arrivée du Républicain qui a assuré que la contraception « n’avait pas besoin d’être couverte » parce que « toutes les femmes pouvaient se la payer » a immédiatement suscité des réactions enthousiastes au sein de son parti, alors que les démocrates étaient vent debout ce mardi. « Nommer Price ministre de la Santé, c’est comme demander au renard de garder le poulailler », a ainsi ironisé le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

>> A lire aussi : Gouvernement Trump. Mitt Romney serait dans la course aux Affaires étrangères

 

L’économiste et éditorialiste du New York Times Paul Krugman a, quant à lui, réagi à cette nomination d’un tweet laconique : « Des millions de travailleurs et d’électeurs de Trump sont sur le point de découvrir ce qu’ils se sont eux-mêmes infligé ».

Loi emblématique du mandat de Barack Obama, l'« Affordable Care Act » vise à offrir une couverture santé à des millions de personnes qui en étaient jusque-là dépourvues par manque de ressources ou parce que leur profil médical était considéré comme trop risqué par les assureurs. Après avoir promis pendant la campagne de l’abroger, Donald Trump avait indiqué juste après sa victoire du 8 novembre qu’il envisageait finalement d’en conserver certaines dispositions.