VIDEO. Colombie : Un avion transportant une équipe de footballeurs brésiliens se crashe, cinq survivants retrouvés

ACCIDENT L’appareil qui arrivait de Bolivie transportait 72 passagers et neuf membres d’équipage…

20 Minutes avec AFP

— 

81 personnes se trouvaient à bord de l'avion.
81 personnes se trouvaient à bord de l'avion. — Defensa Civil

Drame en Amérique du Sud. Un avion qui transportait l’équipe brésilienne de football Chapecoense s’est écrasé ce lundi soir près de la ville colombienne de Medellin, ont annoncé les autorités aéroportuaires. Selon un bilan officiel, cinq personnes ont survécu au crash. Parmi eux, selon plusieurs sources de la presse locale, figurent trois joueurs de l’équipe, Follmann, Danilo et Alan Ruschel, transportés immédiatement à l’hôpital pour des blessures de diverses gravités.

« Confirmé. L’avion immatriculé CP2933 transportait l’équipe du @ChapecoenseReal. Apparemment il y a des survivants », ont écrit sur Twitter les responsables de l’aéroport José Maria Cordova qui dessert Medellin. L’accès au site du crash, situé à environ 50 km de Medellin, n’est possible que par voie terrestre en raison des « conditions climatiques », a ajouté l’aéroport.

72 passagers et 9 membres d’équipage

De même source, l’appareil qui arrivait de Bolivie transportait 72 passagers et neuf membres d’équipage et il s’est écrasé à Cerro Gordo, dans la commune de La Union.

« Apparemment, l’avion est tombé en panne sèche », a indiqué Elkin Ospina, maire de La Ceja, une commune voisine de La Union. D’après lui, les secours sont déjà sur place et les centres médicaux de la région se préparent à recevoir les blessés. L’Autorité de l’aéronautique civile a indiqué avoir mis en place un poste de commandement unifié à l’aéroport de Medellin pour gérer la situation.

Le club de football de Chapecoense n’avait pas réagi dans l’immédiat. Ses joueurs se rendaient à Medellin pour y affronter l’Atletico Nacional dans le match aller de la finale de la Copa Sudamericana, dont la tenue a bien évidemment été suspendue dans la foulée.