Etats-Unis: Trump menace de mettre fin au rapprochement avec Cuba si l'île ne fait pas plus de concessions

DIPLOMATIE Le milliardaire n’a jamais caché ses réserves sur la reprise des relations avec l’île engagée depuis fin 2014…

20 Minutes avec AFP
— 
Le président américain élu Donald Trump
Le président américain élu Donald Trump — SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Il n’est pas encore officiellement investi Président, mais profère déjà des menaces. Donald Trump a pour la première fois menacé ce lundi de mettre fin au rapprochement historique avec Cuba, si La Havane ne donnait pas plus de contreparties en matière de droits de l’homme ou d’ouverture économique.

>> A lire aussi : Trois jours après la mort de Castro, premiers vols entre les Etats-Unis et La Havane

« Si Cuba ne veut pas sceller un meilleur accord pour le peuple cubain, le peuple américano-cubain et les Etats-Unis dans leur ensemble, je mettrai fin à l’accord » de dégel annoncé le 17 décembre 2014 par le Président Barack Obama et son homologue cubain Raul Castro, a écrit Donald Trump sur Twitter, trois jours après la mort de Fidel Castro.

Pour « un meilleur accord »

Dimanche, la future administration Trump avait savamment entretenu le flou sur la poursuite de la politique d’ouverture vers l’île communiste, réclamant « un meilleur accord » que celui engagé par le Président Obama. Si les caciques républicains avaient tapé tout le week-end à bras raccourci sur le « tyran » Fidel Castro, mort vendredi à l’âge de 90 ans, aucun n’avait clairement menacé de mettre fin au rapprochement, l’une des percées majeures de l’administration démocrate sortante.

>> A lire aussi : Fidel Castro, «un dictateur brutal qui a opprimé son peuple», réagit Donald Trump

Au cours de la campagne présidentielle, le milliardaire n’a jamais caché ses réserves quant au rapprochement avec l’île engagé depuis fin 2014 par son prédécesseur Barack Obama, estimant à plusieurs reprises que le président démocrate n’avait rien obtenu en échange des concessions de la Maison Blanche au gouvernement cubain.