Distribution de pain contre les boulangeries de la mafia

CRIMINALITE Les associations professionnelles des boulangers dénoncent l'infiltration de la camorra dans le secteur...

— 

Moins connu mais tout aussi lucratif que le trafic de drogue, le traitement des déchets industriels est devenu une énorme source de revenus pour les mafias italiennes et une bombe à retardement pour l'environnement.
Moins connu mais tout aussi lucratif que le trafic de drogue, le traitement des déchets industriels est devenu une énorme source de revenus pour les mafias italiennes et une bombe à retardement pour l'environnement. — Mario Laporta AFP/Archives

Les associations professionnelles des boulangers ont distribué gratuitement 20.000 pains dimanche sur une des principales places du centre de Naples (sud de l'Italie) pour dénoncer les infiltrations de la camorra, la mafia locale, dans le secteur de la boulangerie.

Habitants et touristes ont profité de l'aubaine devant les caméras des télévisions italiennes, qui ont également immortalisé la remise d'un "pain de la légalité" au commandant provincial des carabiniers Gaetano Maruccia, venu participer à la manifestation.
Les autorités provinciales étaient en effet à l'initiative de cette distribution, alors qu'un récent rapport a révélé la forte présence de la camorra dans le secteur de la boulangerie.

Selon l'association d'entrepreneurs et commerçants italiens Confesercenti, cette organisation criminelle aurait sous son contrôle 2.500 boulangeries illégales à Naples et dans ses environs.
"Nous voulons attirer l'attention des citoyens sur la nécessité d'acheter leur pain auprès de revendeurs autorisés et des boulangers qui respectent les lois protectrices de notre santé", a déclaré un responsable à l'agriculture de la province, Francesco Emilio Borrelli. Il a annoncé la prochaine publication d'une liste de boulangeries illégales.
Le député verts Tommaso Pellegrino, membre de la commission nationale antimafia, a souligné que l'initiative s'inscrivait dans "la bataille pour la légalité" à Naples, où la camorra contrôle de larges secteurs de l'économie.

Le scandale des dépôts d'ordures et décharges industrielles contrôlées par la camorra sans respect des normes de sécurité a fait prendre conscience aux Napolitains des risques sanitaires provoqués par cette économie parallèle qui s'affranchit de toutes les lois.

Or les différentes organisations criminelles qui se partagent l'Italie (mafia en Sicile, camorra à Naples, 'ndrangheta en Calabre notamment) ont largement infiltré l'activité agroalimentaire: le rapport de la Confesercenti publié début octobre évaluait à 7,5 milliards d'euros le chiffre d'affaires annuel de "l'agromafia".