L'administration Trump va abandonner les poursuites contre Hillary Clinton

ETATS-UNIS Donald Trump ne veut pas «diviser» le pays...

P.B. avec AFP

— 

Donald Trump et Hillary Clinton lors du débat présidentiel du 9 octobre 2016.
Donald Trump et Hillary Clinton lors du débat présidentiel du 9 octobre 2016. — SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pendant la campagne, il avait menacé de nommer un « procureur spécial » pour enquêter sur l’affaire des emails d’Hillary Clinton. Finalement, Donald Trump a changé d’avis. Mardi, il a confirmé que son administration laisserait tomber l’affaire, dans une volonté de « ne pas diviser » le pays.

« Ce n’est pas quelque chose qui me tient à cœur », a indiqué mardi le président-élu dans un long entretien avec le New York Times. Alors qu’il avait fait de cette promesse l’une des pierres angulaires de sa campagne, et que ses supporteurs chantaient souvent le refrain « Lock her up » (Jetez-la en prison), Donald Trump estime que poursuivre l’enquête serait « très, très clivant » dans l’opinion américaine. Alors que sa base et le site Breitbart grondent déjà, avec un titre « promesse non tenue », Trump va « expliquer que d’une certaine manière, nous sauvons le pays » en réparant la fracture provoquée par une campagne ultra-polarisée.

« Unir la nation »

« Je pense que quand le président élu, qui est aussi à la tête de votre parti, vous dit, qu’il ne souhaite pas continuer à enquêter sur ces accusations même avant d’être investi, cela lance un message très fort, sur le fond et la forme », avait déclaré un peu plus tôt sa conseillère Kellyanne Conway, sur MSNBC. Le républicain Rudy Giuliani, a, lui, souligné qu’il n’était pas inhabituel pour un président élu de « tourner la page pour unir la nation ».