La capsule Cygnus, laboratoire à incendies dans l'espace

ESPACE L’objectif est d’étudier la propagation du feu en microgravité et de mieux protéger les équipages des futures missions spatiales…

20 Minutes avec AFP

— 

La capsule non habitée Cygnus arrivant à la Station spatiale internationale.
La capsule non habitée Cygnus arrivant à la Station spatiale internationale. — NASA TV / AFP

C’est une expérience quasi inédite. La capsule de ravitaillement Cygnus a quitté la station spatiale internationale (ISS) ce lundi matin et un incendie contrôlé va être allumé à bord pour étudier les effets du feu en apesanteur. Le petit vaisseau devrait ensuite se désintégrer en rentrant dans l’atmosphère.

La capsule de la société Orbital ATK, chargée de 1,5 tonne de déchets, s’est détachée de l’ISS à 13 h 22 GMT. Elle va lentement retomber vers la Terre et se désintégrer en rentrant dans l’atmosphère dimanche à 23 h 30 GMT.

L’incendie, l’un des plus grands dangers pour les équipages

« Merci #Cygnus pour la livraison ! Le bras robotique a manœuvré le véhicule cargo pour son départ de l'#ISS il y a quelques minutes », a tweeté peu après l’astronaute français Thomas Pesquet, arrivé à l’ISS ce week-end.

>> A lire aussi : Signe que tout va bien, Thomas Pesquet tweete de l’espace

L’expérience d’incendie à bord de la capsule va permettre d’étudier la propagation du feuen microgravité et mieux protéger les équipages des futures missions spatiales. Une première expérience de cette nature avait eu lieu lors de la précédente mission de Cygnus au printemps.

>> A lire aussi : La Nasa va mettre le feu dans une capsule en orbite

Neuf échantillons vont prendre feu, dont « un matériau ignifugé utilisé pour les habits des astronautes, des échantillons des vitres de la station en Plexiglas avec des variations d’angles, d’autres structures utilisées comme boîtes de rangement et des composites en silicone », a précisé la Nasa. « Un feu dans un vaisseau spatial est l’un des plus grands dangers pour les équipages de la Nasa », a noté le directeur de projet Gary Ruff, dont une partie des équipes travaillent sur cette expérience baptisée « Saffire ».