Dubaï : Victime d’un viol collectif, une touriste britannique porte plainte et se fait inculper pour relation sexuelle extra-conjugale

FAITS DIVERS Il ne fait décidément pas bon être une femme dans cet émirat du golfe Persique...

G. N.

— 

Derrière la façade clinquante de Dubaï, un enfer pour les femmes (Illustration).
Derrière la façade clinquante de Dubaï, un enfer pour les femmes (Illustration). — ABD RABBO/SIPA

C’est le monde à l’envers. Victime d’un viol collectif le mois dernier, une touriste britannique de 25 ans se serait présentée à un commissariat de Dubaï pour porter plainte et aurait été inculpée pour « relations sexuelles extraconjugales », rapporte ce mercredi l’association Detained in Dubai, qui vient en aide aux personnes injustement emprisonnées aux Emirats arabes unis (EAU), dont Dubaï fait partie.

Selon le tabloïd The Sun, la jeune femme aurait été agressée par deux Britanniques qui auraient filmé la scène et seraient retournés chez eux à Birmingham quelques heures seulement après leur méfait. Depuis, la femme aurait été libérée, mais ne serait pas autorisée à quitter le territoire de Dubaï.

Près de 28 000 euros de frais de justice

« Ils lui ont pris son passeport, a expliqué un ami de la famille au quotidien anglais. Elle est en ce moment avec une famille britannique, mais elle est complètement terrifiée. » « Elle s’est rendue à la police en tant que victime ayant subi l’une des pires épreuves imaginables, mais elle a été traitée comme une criminelle », a-t-il ajouté.

La touriste, qui redoute un procès et éventuellement une peine de prison, voire un châtiment corporel, devrait également verser près de 28 000 euros de frais de justice, somme dont elle ne dispose pas. Contacté par The Independent, le ministère des Affaires étrangères britanniques indique qu’il est informé de la situation et qu’il œuvre pour venir en aide à la victime et à ses proches.

>> A lire aussi : Une Française retenue à Dubaï dépose plainte à Paris

« Les EAU ont une longue tradition de pénalisation des victimes de viol, indique Radha Stirling, directrice de Detained in Dubai. Nous avons été impliqués dans plusieurs cas similaires par le passé et nous travaillons avec les avocats et les familles pour changer les attitudes au sein de la police et du système judiciaire. »