Italie: 30.000 euros d'amende pour avoir porté un niqab

SOCIETE Elle avait été condamnée, dans un premier temps, à 600 euros d'amende et à quatre mois de prison avec sursis...

20 Minutes avec agence

— 

Une femme portant le niqab
Une femme portant le niqab — FRED DUFOUR / AFP

30.000 euros. Tel est le montant de l’amende dont va devoir s’acquitter une femme d’origine albanaise, vivant en Italie, pour avoir refusé d’enlever son niqab. Selon le journal local Messaggero Vennetto, cette mère de famille assistait le 17 octobre dernier au conseil communal de la jeunesse de San Vito al Tagliamento (nord-est), quand le maire Antonio Di Bisceglie a décidé de suspendre la session lui demandant de retirer son voile intégral.

>> A lire aussi : Cherbourg: Rachid Nekkaz paye à nouveau une amende anti-niqab

La jeune femme, qui a refusé, a, dans un premier temps, été condamnée à 600 euros d’amende et à quatre mois de prison avec sursis. En appel, son amende a finalement été fixée à 30.000 euros.

« Sans aucune intention provocatrice, ni volonté de violer une règle de droit »

Une décision à laquelle la prévenue s’oppose une fois encore par l’intermédiaire de son avocat. Selon ce dernier, sa cliente était présente lors de cette réunion municipale « sans aucune intention provocatrice, ni volonté de violer une règle de droit ».

Aujourd’hui, seules la France et la Belgique disposent d’une loi interdisant le port du voile intégral islamique dans l’espace public. En Italie, la législation exige en revanche qu’une personne puisse être identifiable en permanence et interdit formellement de se couvrir entièrement le visage sans raison valable. Et depuis le début des années 2000, plusieurs élus municipaux ont adopté des arrêtés d’interdiction en se basant sur deux lois sur la sécurité publique, relatives à l’interdiction du port des masques et des casques… datant de 1931 et 1975.

>> A lire aussi : Une commission parlementaire adopte un projet de loi interdisant la burqa