Brexit: Lego ne fera plus sa publicité dans le «haineux» «Daily Mail»

JOUETS Le groupe danois Lego a annoncé ce samedi qu'il arrêtait la promotion de ses jouets dans le tabloïd britannique...

Claire Planchard

— 

Illustration de briques Lego
Illustration de briques Lego — Thomas Borberg/AP/SIPA

« Arrêtez de financer la haine ». C’est dans le cadre de cette campagne dénonçant la «haine» véhiculée par certains journaux britanniques que le géant danois Lego a annoncé ce samedi la fin de ses campagnes promotionnelles avec le tabloid britannique The Daily Mail.

«Nous avons mis fin à notre accord avec le Daily Mail et ne prévoyons pas d'autre action commerciale à l'avenir», a indiqué à l'AFP une porte-parole du groupe, qui offrait des jouets gratuits avec certaines éditions du journal.

Le fabriquant danois a tweeté la même phrase en réponse à un message posté sur le réseau social par la campagne «Stop funding hate», qui encourage les entreprises à arrêter de collaborer avec les journaux alimentant «la haine, la discrimination et la diabolisation».

Dans son tweet, «Stop funding hate» (arrêtez de financer la haine) a plus particulièrement relayé la lettre d'un père de famille à Lego dans laquelle il s'émeut de voir la marque associée à un journal «qui accuse les immigrés de tous les maux».

«Nous consacrons un soin particulier à écouter les enfants. Et lorsque des parents ou des grands-parents prennent le temps pour nous faire savoir ce qu'ils ressentent, nous les écoutons tout aussi attentivement», a expliqué la porte-parole de Lego, Kathrine Bisgaard Vase.

Xénophobie et europhobie à la Une

Le Daily Mail est régulièrement accusé de nourrir le sentiment xénophobe avec ses couvertures anti-migrants. Le tabloïd europhobe a également été très critiqué en qualifiant récemment d'«ennemis du peuple» les trois juges de la Haute Cour ayant décidé que le Parlement britannique devait avoir son mot à dire sur le processus du Brexit.

D'autres journaux populaires comme The Sun et The Daily Express sont également dans le collimateur de la campagne qui cherche à convaincre des entreprises comme Marks and Spencer de renoncer à faire de la publicité dans ces médias.

L'initiative a immédiatement été saluée par des personnalités comme la chanteuse Lily Allen ou l'ex-footballeur et présentateur vedette de la BBC, Gary Lineker. «Brique après brique...», a tweeté Lineker qui s'est mué ces dernières semaines en pourfendeur du Brexit et en défenseur des migrants.