Manifestation contre Donald Trump à New York: «Nous n'avons pas peur de lui»

REPORTAGE Des centaines de personnes ont de nouveau battu le pavé au pied de la Trump Tower à New York...

Marie Le Blé

— 

Des manifestants devant la Trump Tower à New York le 10 novembre 2016.
Des manifestants devant la Trump Tower à New York le 10 novembre 2016. — Marie Le Blé/20 Minutes

De notre correspondante à New York,

La colère gronde à New York contre Donald Trump. Les riches habitants de la Ve avenue se pressant, en smoking et tenue de soirée, pour sortir dîner ou se rendre au théâtre, pouvaient entendre rugir les manifestants revenus crier leur colère au pied ce qui est devenu le siège de la contestation du nouveau président élu, la Trump Tower.

« Je n’ai pas peur de lui »

Ils étaient encore un millier, en majorité des étudiants, à se casser la voix, ce jeudi soir, contre l’interminable façade de verre du milliardaire. A leur tête, une armée de jeunes filles très remontées. Vent debout, accrochées aux barrières, les petites Américaines n’ont visiblement toujours pas digéré les propos de campagne du vainqueur. Face à ses prises de position contre l’avortement, ses propos ultra-sexistes sans parler de son manque de considération pour la protection de la planète et le non-paiement de ses impôts, les répliques ont été virulentes voire aussi crues que celles du candidat en campagne, le tout sur fond de « Not my president » (« pas mon président »), devenu viral sur les réseaux sociaux.

« Je n’ai pas peur de lui, avance, sûre d’elle, Brooke, étudiante en communication internationale. Mais je suis ici car je sais que beaucoup le redoutent. C’est pourquoi beaucoup de choses doivent changer ». Cette jeune New Yorkaise de vingt et un ans regrette les divisions, selon elle, déjà trop nombreuses dans son pays. « Il y a des fossés entre les religions, entre les gens de différentes couleurs. Je n’ai pas été surprise que Donald Trump ait été élu. C’est le combat d’un blanc contre un noir, Obama. Il ne représente que lui-même, le mâle blanc. La seule chose, c’est qu’on croyait dur comme fer que Hillary allait gagner. C’est ce qui nous a perdus ».

De nouvelles manifestations en protestation à l'élection de Donald Trump se sont déroulées un peu partout aux Etats-Unis, notamment à New York, au pied de la Trump Tower.
De nouvelles manifestations en protestation à l'élection de Donald Trump se sont déroulées un peu partout aux Etats-Unis, notamment à New York, au pied de la Trump Tower. - S.LENHOF/SIPA

« Il n’est pas l’homme de la situation »

Sans panneau, ni slogan, Ashley, le portable à la main, l’une des rares adultes du mouvement, s’amuse à prendre des selfies rageurs avec la complicité d’une jeune fille égayée. « Je suis venue de Floride avec ma petite-fille pour me poster ici même, raconte fièrement l’élégante responsable en marketing. Je suis républicaine mais farouchement opposée à Donald Trump. Il n’est pas l’homme de la situation. »

Le matin même, le nouveau président des Etats-Unis a quitté son penthouse du 58e étage pour s’envoler, à bord de l’avion à son effigie, vers Washington en vue de sa rencontre avec Barack Obama. Le nez collé aux immenses vitres fumées, des employés intrigués observent d’en haut le spectacle incessant des jeunes protestataires. « On espère qu’il est rentré chez lui, s’exclame tout énervé David, dessinateur de bandes dessinées. On veut lui montrer qu’à opposer les gens entre eux, on va perdre la confiance du monde. »

Les forces de police qui barricadent le quartier depuis deux jours tentent de garder le sourire. « C’est à chaque élection la même histoire, plaisante Aaron un mince cordon bleu à la main pour stopper les voitures. Mais entre ce qu’on voit sur scène et ce qui se passe en coulisses, il y a souvent une différence. »

A chaque coup de klaxon retentissant en signe de soutien sur l’avenue la plus huppée de New York, les jeunes manifestants exultent. C’est promis, ils reviendront.