Barack Obama a reçu son successeur, Donald Trump, ce jeudi à la Maison Blanche.
Barack Obama a reçu son successeur, Donald Trump, ce jeudi à la Maison Blanche. — AFP

PRÉSIDENTIELLE US

Donald Trump président : Barack Obama évoque une première « excellente conversation » à la Maison Blanche

L’actuel et me futur président des Etats-Unis se sont retrouvés à la Maison Blanche ce jeudi pour une première rencontre en vue de préparer la transition…

« Une excellente conversation ». Voilà comment Barack Obama a qualifié son premier entretien jeudi, dans le Bureau ovale, avec le républicain Donald Trump, élu mardi pour lui succéder en janvier.

Barack Obama a ensuite promis de faire «tout son possible» pour la réussite du milliardaire. Celui-ci a dit, pour sa part, être «impatient de travailler avec le président» sortant.

«Moins étrange que ce à quoi certains s'attendaient»

Donald Trump est arrivé en voiture à la Maison Blanche, à l'abri des regard des journalistes, peu avant 11h (16h GMT). Les deux hommes, qui se sont serré la main après s'être exprimés devant les journalistes, n'ont répondu à aucune question. Mais ils ont plaisanté au moment où la presse quittait la pièce: «Une bonne règle: ne répondez pas aux questions quand ils commencent à crier», a dit en souriant M. Obama, se penchant pour donner une petite tape sur le bras de l'homme d'affaires new-yorkais.En tout, le face-à-face a duré près de 90 minutes. Interrogé sur l'atmosphère dans le Bureau ovale, Josh Earnest, porte-parole de Barack Obama, a affirmé que la rencontre avait semble-t-il été «un peu moins étrange que ce à quoi certains s'attendaient».

La rencontre s'annonçait délicate tant les deux hommes, que tout sépare, ont échangé d'invectives durant la campagne. «Nous ne pouvons pas nous permettre d'élire ce type! Ce n'est pas possible! Ce n'est pas possible!», avait déclaré Barack Obama à Las Vegas, quelques jours avant le scrutin.

Mener la transition sans heurts

Mais la transition est enclenchée, et le président démocrate a martelé sa volonté de la mener à bien sans heurts. «Nous ne sommes pas d'abord démocrates ou d'abord républicains. Nous sommes d'abord américains (...) Nous devons nous rappeler que nous ne formons en réalité qu'une seule équipe», a souligné le 44e président des Etats-Unis, qui quittera le pouvoir le 20 janvier.