Election américaine: Le Japon inquiet après l’élection de Donald Trump

JAPON Les déclarations fracassantes du candidat républicain pendant la campagne avaient irrité dans l’Archipel…

M.C.

— 

Une Japonaise distribue des éditions spéciales des journaux annonçant l'élection de Donald Trump, à Tokyo le 9 novembre 2016.
Une Japonaise distribue des éditions spéciales des journaux annonçant l'élection de Donald Trump, à Tokyo le 9 novembre 2016. — TORU YAMANAKA / AFP

Un saut dans l’inconnu pour l’Amérique… et le reste du monde. Vingt-quatre heures après l’élection à la présidence des Etats-Unis du candidat « atypique » Donald Trump, la politique internationale qu’il mènera à partir de janvier prochain reste une inconnue, entre ses déclarations fracassantes de la campagne et ses propos rassurants d’après scrutin.

>> A lire aussi : Mais qui va bien pouvoir intégrer l'équipe gouvernementale de Trump?

Au Japon, qui entretient avec les Etats-Unis des liens étroits sur les plans militaire et commercial, l’inquiétude était palpable, malgré un échange encourageant entre le Premier ministre Shinzo Abe et le prochain président américain.

Incertitude sur la coopération militaire

Pendant sa campagne électorale, Donald Trump avait irrité l’Archipel nippon en l’appelant à payer plus encore qu’il ne le fait pour l’entretien de forces américaines sur son territoire. Il avait même suggéré à ce pays de devenir une puissance nucléaire pour se protéger de son voisin imprévisible, la Corée du Nord, qui a, à plusieurs reprises, effectué des essais nucléaires ou de tirs de missiles balistiques et s’est attiré des condamnations internationales et des sanctions de l’Organisation des nations unies. Ces déclarations avaient choqué au Japon, le seul pays à avoir subi une attaque nucléaire.

Le destroyer américain USS Decatur en mer du Japon, le 14 septembre 2016.
Le destroyer américain USS Decatur en mer du Japon, le 14 septembre 2016. - MC3 Gerald Dudley REYNOLDS / Navy Media Content Operations / AFP

Craintes pour le partenariat transpacifique

Donald Trump avait également dit son opposition au traité de libre-échange transpacifique (TPP) soutenu par le président américain Barack Obama et que Shinzo Abe compte faire adopter au Parlement au plus vite. Le futur président américain a annoncé son « intention de renégocier » dès son premier jour le retrait des États-Unis de ce partenariat entre Washington et 11 pays de l’Asie-Pacifique.

>> A lire aussi : Des milliers de manifestants anti-Trump dans plusieurs villes des Etats-Unis

Un échange cordial

Au cours d’un entretien téléphonique d’une vingtaine de minutes jeudi matin, le Premier ministre nippon « a parlé de l’importance de la relation bilatérale et de l’alliance américano-japonaise », rapporte le ministère des Affaires étrangères japonais. En réponse, Donald Trump aurait notamment dit apprécier la politique économique de Shinzo Abe et espérer renforcer la relation américano-japonaise. Une rencontre est prévue jeudi prochain entre les deux hommes, à l’occasion d’un déplacement du Premier ministre japonais.

« Mystère total »

Pour autant, le flou qui subsiste sur les intentions de Donald Trump n’est pas de nature à rassurer. « La politique asiatique qu’il mènera est un mystère total. Il manque d’expérience et ne comprend pas la complexité et les subtilités de la situation de la région », déclare au Japan Times Andrew Nathan, professeur de sciences politiques à l’université de Columbia.

Tokyo, de son côté, s’était jusque-là bien gardé d’établir des liens avec le milliardaire, alors que Shinzo Abe avait rencontré Hillary Clinton à New York en septembre. Pour tenter de bâtir un début de relation avec la future administration Trump, un conseiller du Premier ministre sera dépêché à la hâte aux Etats-Unis la semaine prochaine.