Donald Trump président: Qui va bien pouvoir intégrer l'équipe gouvernementale?

ETATS-UNIS Donald Trump songerait à un producteur de films aux Finances, un pétrolier à l’Intérieur et éventuellement quelques postes pour ses enfants…

Olivier Philippe-Viela

— 

Donald Trump est devenu le 9 novembre le 45e président des Etats-Unis
Donald Trump est devenu le 9 novembre le 45e président des Etats-Unis — FLETCHER, ETATS-UNIS

Il a jusqu’au 20 janvier, date de son investiture, pour décider de la composition de son administration. Mais Donald Trump a déjà quelques noms en tête, selon plusieurs médias américains, pour former son gouvernement, et certains risquent de faire parler autant que la personnalité du 45ème président américain. Petit tour d’horizon des recrues possibles à certains postes-clés.

>> A lire aussi : Qui est Mike Pence, le futur vice-président de Donald Trump?

Au secrétariat d’Etat

Equivalent du ministère des Affaires étrangères français, le poste a été occupé par Hillary Clinton puis John Kerry sous la présidence Obama. Selon le souvent bien informé site Politico, Donald Trump aurait dégagé deux possibilités : le sénateur du Tennessee Bob Corker, un temps sur la liste des potentiels vice-présidents, ou le plus connu Newt Gingrich, figure du parti républicain, qui avait qualifié en 2011 les Palestiniens de « peuple inventé ». La décision que Trump prendra pour ce département est peut-être la plus importante d’un point de vue étranger : le lauréat devra aller discuter avec Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, au sujet de la Syrie notamment, pour opérer le rapprochement avec Vladimir Poutine espéré par Donald Trump durant sa campagne.

A la Justice

C’est un nom connu qui revient dans les rumeurs au poste de procureur général des Etats-Unis, celui de Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York entre 1994 et 2001. Connu pour sa lutte parfois très autoritaire mais réussie contre la criminalité dans la Big apple, il avait été élu homme de l’année en 2001 par le Time Magazine pour son action à la suite du 11-septembre. Il a été un soutien actif de Trump tout au long de la campagne, et le milliardaire lui a encore rendu hommage dans son discours de victoire.

Rudy Giuliani le 22 octobre 2016 à Gettysburg, Pennsylvanie, en ouverture d'un meeting de Donald Trump.
Rudy Giuliani le 22 octobre 2016 à Gettysburg, Pennsylvanie, en ouverture d'un meeting de Donald Trump. - Justin Merriman / AFP

Outre Giuliani, Donald Trump penserait au controversé Chris Christie. Un temps en course pour l’investiture républicaine, il a préféré abandonné pour se ranger derrière Trump à cause de plusieurs scandales qui le suivent depuis sa prise de fonction en tant que gouverneur du New Jersey en 2010. 

A l’Intérieur

Les prérogatives de ce département ne sont pas les mêmes que l’Intérieur français, elles portent sur la gestion des territoires et ressources naturelles du pays, avec une part de missions environnementales. Politico avance que le poste pourrait revenir à Forrest Lucas, fondateur de Lucas Oil, un fabricant de produits pétroliers à destination de l’industrie automobile. Si une telle nomination enverrait un message écologique terrible, une autre possibilité évoquée par Donald Trump pourrait cristalliser les attaques : son fils Donald Trump Jr. serait intéressé par le poste.

D’ailleurs, tant qu’à rester en famille, dans Qui est vraiment Donald Trump ?, la journaliste du Figaro Laure Mandeville, l’une des rares à avoir envisagé la victoire du milliardaire, écrit que le nouveau président américain « a indiqué qu’Ivanka Trump pourrait fort bien travailler à la Maison-Blanche ».

Un dernier nom, très connu en France, est évoqué pour ce département par Politico, qui rapporte les propos d’un membre du staff de campagne de Trump : celui de Sarah Palin, ancienne gouverneur de l’Alaska, que le républicain souhaite avoir dans son cabinet présidentiel.

Au Trésor

Le profil du favori Steven Mnuchin est improbable. Selon The Hollywood Reporter, le ministre des Finances américain sera ce millionnaire, ancien banquier chez Goldman Sachs reconverti en producteur hollywoodien, qui a financé entre autres les films Mad Max : Fury Road et American Sniper avec sa boîte RatPac-Dune Entertainment. L’homme a été un acteur important de l’élaboration des propositions économiques du candidat Trump, et a organisé plusieurs levées de fond durant la campagne.