Attentats de Paris et Bruxelles: Des attaques décidées «très haut» dans la hiérarchie de Daesh

TERRORISME « L’enquête est loin d’être terminée, tant niveau belge que niveau français », estime le procureur belge…

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier à Bruxelles, près de la station de métro Maalbeek, frappée par un attentat le 22 mars 2016.
Un policier à Bruxelles, près de la station de métro Maalbeek, frappée par un attentat le 22 mars 2016. — PHILIPPE FRANCOIS / Belga / AFP

L’ordre de commettre les attentats a été décidé au plus haut point. La cellule djihadiste à l’origine des attaques du 13 novembre 2015 à Paris et du 22 mars 2016 à Bruxelles a pris ses ordres « très haut » dans le commandement de l’organisation Etat islamique, a affirmé ce mercredi le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw.

« On sait que les ordres sont venus de la zone Etat islamique, […] ça remonte très haut dans le commandement de l’Etat islamique », a déclaré le chef du parquet fédéral, en charge des enquêtes antiterroristes en Belgique, sans donner davantage de précisions.

« L’enquête est loin d’être terminée »

Il n’a pas précisé si les commanditaires se trouvaient côté irakien ou syrien de la zone contrôlée par Daesh, soulignant que certains de ses dirigeants, comme son chef Abou Bakr al-Baghdadi, ont « bougé » d’un pays à l’autre, au gré des frappes de la coalition menée par les Etats-Unis visant à les neutraliser.

« L’enquête est loin d’être terminée, tant niveau belge que niveau français », a-t-il observé.

Oussama Atar, le commanditaire ?

Pour Frédéric Van Leeuw, l’identification du Belgo-marocain Oussama Atar comme étant l’un des commanditaires des attentats est « une hypothèse de travail parmi d’autres ». « Il y a toute une série de vérifications à faire », a-t-il affirmé.

>> A lire aussi : Le commanditaire serait Oussama Atar, un djihadiste belgo-marocain

Depuis des mois, les enquêteurs s’interrogent sur un mystérieux surnom, Abou Ahmed, cité à plusieurs reprises dans les investigations sur la cellule à l’origine des attentats. Cet homme est notamment soupçonné d’avoir missionné deux des kamikazes du Stade de France et un autre tandem de potentiels assaillants, retardé dans son cheminement vers Paris à l’automne et arrêté en Autriche en décembre. Il pourrait s’agir d’Oussama Atar qui est « le seul coordinateur depuis la Syrie à avoir été identifié en l’état des investigations », a précisé mardi une source proche de l’enquête en France.