Daesh: A Raqqa et à Mossoul les offensives anti-djihadistes se poursuivent

ETAT ISLAMIQUE La pression s’accroît sur les djihadistes en Syrie comme en Irak…

20 Minutes avec AFP

— 

Des membres de la force arabo-kurde anti-Daesh soutenue par les Etats-Unis à Ain Issa, à 30 km de Raqqa, en Syrie
Des membres de la force arabo-kurde anti-Daesh soutenue par les Etats-Unis à Ain Issa, à 30 km de Raqqa, en Syrie — DELIL SOULEIMAN / AFP

En Irak comme en Syrie, la lutte contre Daesh se poursuit. La force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis mène toujours l’offensive pour prendre Raqqa, « capitale » de l’organisation de l’Etat islamique (EI) en Syrie, accroissant la pression sur les djihadistes déjà acculés à  Mossoul, en Irak.

Distantes de près de 400 kilomètres, Mossoul et Raqa sont les deux dernières grandes villes contrôlées par l’EI, qui a perdu une grande partie des territoires qu’il avait conquis en 2014 en Syrie et en Irak.

Opération « colère de l’Euphrate »

« La grande bataille pour la libération de Raqa et de sa province a commencé », a annoncé dimanche la porte-parole de l’offensive, Jihan Cheikh Ahmad, à Aïn Issa, une localité située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Raqa.

« La bataille ne sera pas facile […] mais il faut […] entraver la capacité du groupe [EI] à mener des attaques terroristes contre les Etats-Unis, nos alliés et nos partenaires », a déclaré le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter.

Baptisée « Colère de l’Euphrate », l’offensive a été lancée samedi soir par les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance anti-EI dominée par les Kurdes mais qui comprend aussi des combattants arabes et turkmènes.

10 villages libérés

Depuis, cette force s’est emparée de 10 villages et de plusieurs hameaux de cette région du nord de la Syrie, a indiqué à l’AFP en fin d’après-midi Mme Ahmad, jointe par téléphone de Beyrouth.

Un correspondant de l’AFP a vu des dizaines de combattants se diriger à bord de véhicules vers le front depuis Aïn Issa, la position des FDS la plus proche de Raqqa.

« Raqqa sera libérée grâce à ses enfants […] arabes, kurdes et turkmènes, des héros combattant sous la bannière des FDS, avec la participation active des Unités de protection du peuple kurde (YPG) et des Unités de protection de la femme (YPJ), en coordination avec la coalition internationale », a déclaré la porte-parole de l’offensive.

Forte résistance à Mossoul

La bataille de Mossoul, elle, entre ce lundi dans sa quatrième semaine.

Les forces d’élite irakiennes combattent rue après rue les djihadistes dans les quartiers est de la ville, où « la résistance est très forte », a déclaré à l’AFP le lieutenant-général des forces d’élite (CTS) irakiennes, Abdelghani al-Assadi.

D’autres unités se rapprochent de la ville par le nord et le sud. Ces combats poussent un nombre croissant de civils à fuir.

>> A lire aussi : La bataille de Mossoul «pourrait entraîner le plus important déplacement de population de l’année»

Par ailleurs, Amnesty International a déclaré lundi que les forces kurdes irakiennes avaient détruit les maisons et chassé des centaines d’Arabes de la ville de Kirkouk, dans le nord de l’Irak, apparemment en représailles à une récente attaque de l’EI.