Le groupe Apple voit son chiffre d'affaires reculer pour la première fois depuis treize ans
Le groupe Apple voit son chiffre d'affaires reculer pour la première fois depuis treize ans — PHILIPPE HUGUEN AFP

HIGH-TECH

Apple: Pour se faire rembouser son iPhone, un client a dû prouver qu'il n'était pas Saddam Hussein

Sharakat Hussain figurait sur une liste noire éditée par le gouvernement britannique qui l'avait assimilé à l'ancien président irakien...

Quand on s’appelle Sharakat Hussain, on peut être confondu par Apple avec Saddam Hussein. Telle est l’étrange histoire de ce jeune habitant de Birmingham (Royaume-Uni) qui, en voulant se faire rembourser l’achat d’un Iphone 7, s’est vu demander par la firme à la pomme de prouver qu’il n’était pas l’ancien président irakien.

Sharakat Hussain, 26 ans, avait acheté le dernier né des iPhone pour l’offrir à sa sœur qui… a refusé le cadeau. Logiquement, le jeune britannique a donc demandé à Apple de lui rembourser l’appareil qui lui avait coûté la coquette somme de 799 livres, soit environ 885 euros.

>> A lire aussi : Un artiste doit prouver à la justice qu'il n'est pas l'auteur d'un tableau

« J’ai cru que ce message d’Apple était un spam »

Ne voyant rien venir quatre semaines après avoir formulé sa demande de remboursement, Sharakat Hussain, inquiet, interroge les services d’Apple. Et le géant américain de lui répondre qu’il n’aurait jamais dû acheter l’appareil car il faisait partie d’une liste noire établie par le gouvernement britannique.

Une liste qui interdit de facto Apple à lui vendre ou lui reprendre un produit. « J’ai cru que ce message était un spam. J’ai été stupéfait d’apprendre qu’il était vrai. J’étais furieux d’avoir été lié à Saddam », raconte le jeune homme au Sun.

L’ancien homme fort de l’Irak est mort en 2006

Apple, lui, ne se démonte pas et explique alors à Sharakat qu’il ne pourra procéder au remboursement que si ce dernier prouve qu’il n’est pas Saddam Hussein, comme le stipule la fameuse liste noire et ce, même si le nom et l’âge ne correspondent pas et… que l’ancien homme fort de l’Irak a été pendu en 2006.

Finalement, Apple s’est rendu compte de sa mauvaise lecture et de sa grossière erreur a formulé des excuses au jeune britannique, avant de lui faire parvenir un remboursement.

 

>> A lire aussi : Etats-Unis: Donald Trump salue Saddam Hussein pour avoir tué des «terroristes»