Fin de mandat pour Pervez Mucharraf

- ©2007 20 minutes

— 

Le mandat du président pakistanais Pervez Mucharraf a officiellement pris fin hier, mais, du fait de l'état d'urgence, celui-ci ne devrait pas quitter son poste avant que la Cour suprême ne se prononce sur la validité de sa réélection, le 6 octobre dernier. Un calendrier jugé inacceptable par l'opposition et les capitales occidentales qui refusent l'idée d'élections législatives le 19 janvier sans levée des lois d'exception. Dans l'opposition, ce qui était inconcevable il y a encore quelques jours, semble se dessiner : une alliance entre les deux ex-Premiers ministres rivaux dans les années 1990, Benazir Bhutto et Nawaz Sharif. Mais la tension est vive. Hier à Karachi, deux garçons auraient été tués par des tirs en provenance d'une manif de partisans de Bhutto.