Suède: Le pape veut consolider la réconciliation entre catholiques et protestants

RELIGION Le souverain pontife va commémorer ce lundi le 500e anniversaire de la Réforme de Martin Luther…

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François.
Le pape François. — VINCENZO PINTO / AFP

C’est une visite historique. Le pape François a quitté Rome ce lundi matin pour la Suède où il doit commémorer, côte à côte avec les protestants, le 500e anniversaire de la Réforme de Martin Luther. Cette participation symbolique vient ainsi consolider 50 ans d’efforts en vue d’une délicate réconciliation.

La présence du pape au coup d’envoi d’une année complète d’événements autour de Luther (notamment en Allemagne) suscite l’enthousiasme de tous ceux qui prônent l’unité des chrétiens dans un monde de plus en plus sécularisé.

>> A lire aussi : L’Eglise protestante lance sa page internet

Les plus conservateurs grincent des dents

Mais elle fait grincer les dents des plus conservateurs. En début d’année, le gardien du dogme au Vatican, le cardinal allemand Gerhard Ludwig Müller, avait estimé qu’il n’y avait « aucune raison de célébrer » la Réforme, qui « mena à la rupture du christianisme occidental ». Les événements programmés ce lundi dans le Sud de la Suède ont été sobrement appelés «  commémoration commune » et non pas « célébration ».

>> A lire aussi : L'Eglise protestante unie de France adopte la possibilité de bénir les couples homosexuels

L’homélie de l’imprévisible pape argentin prévue dans la cathédrale luthérienne de Lund sera scrutée de près, tout comme celle de l’évêque luthérien Mounib Younan, Palestinien et président de la Fédération luthérienne mondiale. La liturgie de cette « prière commune » a été soigneusement négociée par des experts trois ans à l’avance.

Les protestants ne pratiquent pas le culte de la vierge Marie et des saints, Dieu seul pouvant être vénéré. Et ils n’admettent pas bien sûr le principe hiérarchique de l’Eglise romaine et donc l’autorité du pape.