Israël: La tombe de Jésus ouverte pour la première fois depuis 1810 (pour restauration)

RELIGION Des scientifiques procèdent actuellement à des travaux et à des analyses dans l'église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 28 octobre 2016, un Franciscain regarde la tombe où aurait été déposé le corps de Jésus alors que la plaque qui la recouvrait a été déplacée en vue de travaux scientifiques...
Le 28 octobre 2016, un Franciscain regarde la tombe où aurait été déposé le corps de Jésus alors que la plaque qui la recouvrait a été déplacée en vue de travaux scientifiques... — GALI TIBBON / AFP

Cela n’était pas arrivé depuis au moins deux siècles. Des scientifiques viennent d’ouvrir ce que les chrétiens considèrent comme la tombe de Jésus, dans l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem. La plaque de marbre qui recouvre la sépulture a été déplacée pendant trois jours afin de permettre d’effectuer des travaux de restauration. L’opération en cours porte sur des analyses des matériaux et des structures, ont précisé des experts.

En 1810, cette plaque avait également été soulevée après un incendie pour permettre, également, de procéder à des travaux de restauration, a fait savoir le Père Samuel Aghovan, le supérieur de l’église arménienne. Entre cette date et 2016, la pierre n’avait plus été déplacée.

« C’est émouvant car c’est quelque chose dont nous parlons depuis des siècles », a déclaré l’ecclésiastique.

Les touristes ne peuvent y accéder

Selon la tradition chrétienne, le corps de Jésus a été déposé dans un lit funéraire taillé dans le roc après qu’il a été crucifié par les Romains en l’an 30 ou 33. Les chrétiens croient que le Christ a ressuscité et que des femmes venues oindre son corps trois jours après son enterrement ont affirmé qu’elles n’avaient rien trouvé.

D’après National Geographic, la mise au jour « du lit funéraire va fournir aux chercheurs une occasion sans précédent d’étudier la surface d’origine de ce qui est considéré comme le site le plus sacré du christianisme ».

Le projet de restauration dans l’église du Saint-Sépulcre, qui a débuté en mai, est financé par les trois principales confessions chrétiennes du Saint-Sépulcre (Grecs-Orthodoxes, Franciscains, Arméniens) ainsi que par des contributions publiques et privées.

Les touristes ne peuvent pas approcher de la sépulture : une structure métallique a été apposée devant l’entrée du tombeau.