Irak: Des paramilitaires lancent une offensive contre Daesh à l'ouest de Mossoul

CONFLIT L’opération vise à couper le ravitaillement entre Mossoul et Raqa...

20 Minutes avec AFP
— 
Artillerie irakienne entre Makhmour et Qayyarah à 70 km au sud de Mossoul.
Artillerie irakienne entre Makhmour et Qayyarah à 70 km au sud de Mossoul. — Laurence Geai/SIPA

Dans le viseur : les villes de Tal Afar, Tal Abta et Hatra. Des paramilitaires chiites irakiens ont lancé samedi une opération pour reprendre la ville de Tal Afar, à l’ouest de Mossoul, au groupe Etat islamique (EI) et couper ses lignes de ravitaillement avec la Syrie, a indiqué leur porte-parole.

>> A lire aussi : Bataille de Mossoul: Comment l'Etat islamique va se défendre face à la coalition internationale?

« L’opération vise à couper le ravitaillement entre Mossoul et Raqa (fief de l’EI en Syrie) afin de resserrer le siège de Mossoul et de libérer » la ville de Tal Afar, a déclaré le porte-parole des milices chiites du Hachd al-Chaabi, Ahmed al-Assadi.

Tal Afar, une ville à l’origine majoritairement chiite

Selon lui l’opération vise à reprendre, outre Tal Afar, les villes de Tal Abta et de Hatra, à proximité de laquelle se trouve un site archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco. Les unités paramilitaires chiites de la mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), soutenues par l’Iran, avaient jusqu’à présent été peu impliquées dans la bataille lancée le 17 octobre par les forces irakiennes pour reprendre Mossoul, deuxième ville d’Irak et dernier grand bastion de Daesh dans ce pays.

La participation du Hachd al-Chaabi à l’offensive est source de tensions, les Kurdes irakiens et sunnites n’y étant pas favorables. Les milices chiites ont toutefois indiqué qu’elles ne comptaient pas entrer dans la ville de Mossoul, majoritairement sunnite. Tal Afar était une ville majoritairement chiite avant que les extrémistes sunnites de l’EI ne la conquièrent en 2014.