Interdiction pour Assange, toujours réfugié à l'ambassade, d'assister à un enterrement

JUSTICE Le fondateur de WIkiLeaks, poursuivi pour viol en Suède, n'a pas reçu l'autorisation de quitter l'ambassade d'Equateur pour assister aux funérailles d'un ami...

Oihana Gabriel

— 

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange en visioconférence depuis Londres, le 4 octobre 2016, lors d'une conférence de presse à Berlin pour les 10 ans de la plateforme.
Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange en visioconférence depuis Londres, le 4 octobre 2016, lors d'une conférence de presse à Berlin pour les 10 ans de la plateforme. — Markus Schreiber/AP/SIPA

C’est la neuvième demande refusée en six ansJulian Assange ne pourra quitter l’ambassade d’Équateur à Londres, où il est réfugié depuis juin 2012, pour assister aux funérailles d’un ami. Le fondateur de WikiLeaks poursuivi en Suède pour viol avait « réclamé au parquet suédois que l’ordre de le placer en détention provisoire et le mandat d’arrêt européen soient suspendus pour qu’il puisse se rendre à un enterrement », ont écrit les magistrats dans un communiqué. Une demande rejetée donc.

 

WikiLeaks a dix ans: La plateforme des lanceurs d'alerte peut-elle encore faire trembler les puissants?

Accusé de viol

L’Australien de 45 ans souhaitait assiste aux funérailles lundi à Londres de Gavin MacFadyen, journaliste américain de 76 ans que l’Australien qualifie d'« ami proche et mentor ». Mais il est accusé de viol par une jeune femme sur des faits remontant à août 2010. Il clame son innocence et dénonce une manoeuvre dans le but de le faire extrader vers les États-Unis en raison de son activité militante. La procédure pour viol doit se poursuivre avec une audition lors de laquelle un procureur équatorien doit poser des questions suggérées par les enquêteurs suédois. La date de cet interrogatoire n’a pas été déterminée.

« Cela me brise le cœur »

La Suède, après lui avoir permis de quitter le territoire cet été-là, a ensuite tenté de l’arrêter. Une fois épuisé tous les recours, il était entré dans l’ambassade équatorienne en juin 2012 pour y demander l’asile… où il réside toujours.

« Cela me brise le coeur que cette responsable ait rejeté ma demande », a déclaré Julian Assange, cité dans un communiqué de Wikileaks, précisant qu’il avait proposé de s’y rendre sous escorte policière puis de revenir immédiatement à l’ambassade.

Il a ajouté avoir demandé à ses avocats de faire appel de la décision, après l’avoir apprise via le communiqué du parquet.

Le quotidien de plus en plus pénible d'Assange, cloîtré dans une ambassade