Uriner sur l'église est désormais passible de 100 euros d'amende (illustration).
Uriner sur l'église est désormais passible de 100 euros d'amende (illustration). — James Gourley/REX Shutt/SIPA

PATRIMOINE

Allemagne: Quand urine et vomi dégradent la plus haute église protestante du monde

Les sels et l'acide contenus dans l'urine et le vomi des fêtards abîment la pierre de l'édifice, dont la rénovation récente a coûté des millions d'euros...

Si les fêtards urinant dans les lieux publics posent un problème à nombreuses villes dans le monde, le phénomène est d’une toute autre ampleur à Ulm (Allemagne). La fameuse église de la ville est en train de se dégrader sous l’effet de l’urine et du vomi.

En effet, les niches latérales de l’édifice religieux sont abîmées à force d’être arrosées par les visiteurs du marché de Noël et de la Fête du vin, qui ont tendance à faire leurs besoins sur l’église protestante la plus haute du monde, dont la flèche culmine à 167 mètres de hauteur.

Le sel et l’acide contenus dans l’urine et le vomi attaquent la pierre

Car le sel et l’acide que contiennent le vomi et l’urine des indélicats attaquent la pierre du bâtiment, dont la construction a débuté en 1377, et dont une rénovation récente a coûté plusieurs millions d’euros, raconte Südwest Presse.

Une situation jugée inacceptable par les élus de la commune du Bade-Wurtemberg, qui avaient déjà décidé de mettre à l’amende les amateurs de vin et de bière venus de la Münsterplatz toute proche et ne pouvant pas se retenir.

>> A lire aussi : Bordeaux: Une peinture renvoyant l’urine bientôt testée dans une rue du centre-ville

Une amende de 100 euros pour les indélicats… sans succès

Toute personne surprise en train de se soulager sur l’église devait ainsi payer 50 euros. Le montant de la contravention a même été multiplié par deux cette année, dans l’espoir de sauver l’édifice.

L’initiative n’a pas été couronnée de succès puisque même si le nombre d’amendes n’a pas augmenté, l’église d’Ulm est toujours « tapissée d’urine et de vomi », indique le responsable de la maintenance du bâtiment, Michael Hilbert, cité par le journal.

>> A lire aussi : La lutte anti urine sauvage s’organise à Paris