Le père de Dolly renonce à cloner des embryons humains

JS, avec AFP

— 

Cellules sanguines vues au microscope électronique
Cellules sanguines vues au microscope électronique — National Cancer Institute

Le scientifique britannique créateur de la brebis Dolly, premier clone de mammifère obtenu à partir d'une cellule d'animal adulte, abandonne ses recherches sur le clonage au profit de la production de cellules souches sans embryon, a-t-il indiqué samedi au «Daily Telegraph» , alors que des sceintifiques américains ont annoncé mercredi avoir obtenu des embryons de primates par clonage.

Le professeur Ian Wilmut du Roslin Institute d'Edimbourg (Ecosse) est à l'origine de la naissance le 5 juillet 1996 de la brebis Dolly, clone d'un animal adulte. Cette réussite, annoncée le 23 février 1997, lui a valu de vives critiques notamment de groupes religieux.

Des cellules souches sans embryon

Mais il vient de changer son fusil d'épaule: il renonce à exploiter la licence obtenue il y a deux ans pour cloner des embryons humains afin de suivre les pas du Japonais Shinya Yamanaka, professeur à l'université de Kyoto, qui a créé des cellules souches à partir de morceaux de peau de souris sans embryon. Le professeur Yamanaka serait parvenu à faire de même avec des cellules humaines, a indiqué le journal.

«J'ai décidé il y a quelques semaines de ne pas continuer dans le transfert de noyau (technique utilisée pour le clone Dolly)», a déclaré le professeur Wilmut. La plupart de ses arguments sont d'ordre pratique,  le taux de succès de la méthode utilisée sur la brebis Dolly n'étant pas assez élevé pour être utilisé sur les humains, en particulier compte-tenu de la difficulté à obtenir des ovules.

Mais Ian Wilmut avoue tout de même que la recherche sur les cellules souches est une technique «plus facile à accepter socialement» tout en étant «extrêmement passionnante et étonnante». Elle pourrait permettre de cultiver les cellules souches d'un patient puis de les utiliser pour réparer les dégâts causés par une maladie.

Les Etats-Unis ont limité les financements fédéraux pour la recherche sur les cellules souches et le président George W. Bush a apposé son veto sur un projet de loi qui avait pour but de développer cette recherche, au nom de la protection de la vie humaine.