Les Chinois se mettent aux congés payés

REFORME Le gouvernement vient de modifier la loi sur les vacances...

Philippe Charles

— 

Plage de Qingdao en Chine, le 28 juillet 2007.
Plage de Qingdao en Chine, le 28 juillet 2007. — CHINA DAILY / REUTERS

Quand 150 millions de personnes décident de prendre le train ou l'avion au même moment… c'est la panique à bord. Instaurées en 1999 pour doper la consommation intérieure et le tourisme, les trois semaines de vacances nationales légales chinoises, appelées «semaines d'or», qui ont traditionnellement lieu en février, en mai et en octobre, vont subir une cure de jouvence.

Objectif du gouvernement: instaurer, à terme, des congés payés à l'occidentale. Après une enquête d’une semaine sur l’Internet qui s'est achevée jeudi, le gouvernement chinois a annoncé que les vacances officielles passeraient donc de 10 à 11 jours l'an prochain, et que la semaine de vacances du mois de mai sera supprimée. (Les Chinois n'ont que trois jours de congés payés pendant les semaines d'or mais avec le week-end, ils partent une petite semaine).

Etant donnés la congestion et les inévitables problèmes logistiques liés à ces longues vacances, cette réforme a d'abord un objectif environnemental, puisqu'il s'agit de protéger l'écosystème chinois des engorgements routiers et de la dégradation des sites touristiques.

Certes, depuis l'introduction de la semaine d'or, les revenus du tourisme ont atteint 64,2 milliards de yuans (5,9 milliards d’euros) en 2007 pendant la fête nationale d'octobre, contre 14,1 milliards de yuans (1,3 milliard de dollars) en 1999. Mais ce succès ne doit pas faire oublier que, parallèlement, bon nombre d'entreprises sont obligées de fermer, et que le reste de l'économie du pays tourne donc au ralenti.

Le texte publié il y a une semaine par la Commission nationale pour le développement et la réforme propose de réduire la semaine de vacances de mai à un jour de congé et de compenser cette perte en instaurant des jours fériés calqués sur trois fêtes traditionnelles: la fête des morts ou Qing Ming, qui a lieu en avril, le Festival des Bateaux Dragons en juin et le festival de la mi-automne en septembre.

Lei Liu, Pékinoise de 27 ans, fait partie des partisans de cette nouvelle mesure, qui permettra selon elle de renforcer le sentiment d'appartenance nationale des Chinois. «La Chine est en train de perdre ses traditions car elle suit beaucoup les fêtes occidentales, comme Noël et Halloween, et je suis triste de voir que les Chinois ont tendance à oublier le sens de leurs propres fêtes.»

Au vu des résultats de l'enquête gouvernementale publiés vendredi par l'agence officielle Chine nouvelle, 80% des répondants internautes seraient favorables à la réforme. Mais cette enquête donne lieu à une vraie bataille des chiffres. Selon le site sina.com seuls 63,5% des internautes seraient favorables à cette proposition, et 60% des gens ayant répondu sur le site du Quotidien du peuple en ligne se déclarent contre la suppression de la semaine de mai.

Il faut dire que les vacances nationales obligatoires sont le seul moment où les Chinois peuvent se reposer sur une longue période. Si l'intérêt du pays est de passer à un mode de vacances à la carte, comme ce qui se fait dans les autres pays, les Chinois restent très attachés à leurs semaines d'or, comme en témoigne Hong Lu, 40 ans, agent pour une usine de cosmétiques et mère de deux enfants: «Les vacances nationales sont le seul moment où je peux m'occuper de mes enfants. Si une semaine était supprimée ce serait vraiment dommage et je ne suis pas sûre de pouvoir prendre une aussi longue période de vacances à un autre moment de l'année.»

Selon la nouvelle loi, qui élargit les congés payés au secteur privé, un an d'ancienneté équivaut à 5 jours de vacances, plus de 10 ans à 10 jours, plus de 20 ans à 15 jours. Mais encore faut-il que la loi soit respectée. Que dire des travailleurs migrants issus des provinces et installés dans les villes -environ 200 millions- qui repartent traditionnellement dans leur famille pendant ces périodes, après avoir passé deux jours dans le train? Ceux-là oseront-ils réclamer des congés quand on sait qu'ils ont déjà du mal à se faire payer?