Yémen: Les Etats-Unis et l'ONU demandent un cessez-le-feu immédiat

CONFLIT Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’ONU appellent à un cessez-le-feu rapide dans une guerre qui a fait déjà près de 7.000 morts

20 Minutes avec AFP

— 

Plus de 140 personnes ont été tuées et des centaines blessées samedi, selon l’ONU, dans la capitale du Yémen, Sanaa
Plus de 140 personnes ont été tuées et des centaines blessées samedi, selon l’ONU, dans la capitale du Yémen, Sanaa — MOHAMMED HUWAIS / AFP

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’ONU ont demandé dimanche au gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi et aux rebelles chiites d’établir un cessez-le-feu imminent au Yémen, alors que la guerre a déjà fait près de 6.900 morts.

>> A lire aussi : Trois navires militaires américains pourraient avoir été visés par des missiles en mer Rouge

Le cessez-le-feu, puis les négociations

« Le temps est venu d’établir un cessez-le-feu sans conditions et ensuite de venir à la table des négociations », a annoncé le secrétaire d’Etat américain John Kerry à Londres à l’issue d’une réunion consacrée au conflit. L’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed a participé à la rencontre aux côtés de M. Kerry ainsi que des ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, d’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis.

>> Raid meurtrier au Yémen: «C'est une guerre par procuration entre l’Arabie Saoudite et l’Iran»

Près de 7.000 morts depuis mars 2015

John Kerry a souligné que Ismaïl Ould Cheikh Ahmed et Boris Johnson, le chef de la diplomatie britannique, ont appelé à ce que le cessez-le-feu entre en vigueur aussi rapidement que possible, c’est-à-dire lundi ou mardi : « Nous ne pouvons insister trop aujourd’hui sur l’urgence d’en finir avec la violence au Yémen ».

La guerre au Yémen oppose depuis mars 2015 le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par une coalition militaire arabo-sunnite sous commandement saoudien, à des rebelles chiites Houthis pro-iraniens, alliés à des forces fidèles à l’ex-chef d’Etat Ali Abdallah Saleh. Le conflit a fait près 6.900 morts, selon l’ONU.