Présidentielle américaine: Trump accuse ses «copains» de torpiller sa campagne

ELECTION Le milliardaire républicain reproche entre autres à l’homme fort du Congrès Paul Ryan d’avoir « manqué de loyauté »…

20 Minutes avec AFP
— 
Le candidat républicain Donald Trump lors d'un meeting à Panama City (Floride) le 11 octobre 2016.
Le candidat républicain Donald Trump lors d'un meeting à Panama City (Floride) le 11 octobre 2016. — AFP

contre-attaque. Le candidat républicain a accusé ce mardi dans une série de tweets ses pairs républicains de manquer de loyauté et de torpiller sa campagne, après que   a indiqué qu’il ne le défendrait plus, s’inquiétant de perdre non seulement la Maison Blanche mais aussi le Congrès.

« Notre très faible et très inefficace leader Paul Ryan a tenu une très mauvaise conférence téléphonique où les participants se sont insurgés contre son manque de loyauté », a tweeté le milliardaire.

La campagne du républicain a subi un tournant depuis la, perdant le soutien de plusieurs ténors du parti ainsi que des points dans un sondage.

« Zéro soutien »

Donald Trump a semblé reconnaître que la victoire à la Maison Blanche s’annonçait difficile à cause des défections au sein du parti. « C’est dur de bien faire quand Paul Ryan et les autres vous apportent zéro soutien ! ».

Donald Trump, dont les relations avec le parti républicain sont difficiles, et qui avait un temps laissé entendre qu’il pourrait se présenter en tant que candidat indépendant, s’est cependant réjoui « qu’on lui ait enlevé les menottes ». « Je peux maintenant me battre pour l’Amérique comme je veux », a-t-il lancé sur Twitter.

 

Des menaces à peine voilées 

La pression continuait à monter mardi pour que d’autres déclarations compromettantes du candidat soient rendues publiques, notamment celles qu’il aurait tenues durant les 11 saisons où il a animé l’émission de téléréalité .

Mais le producteur de cette émission, , s’est défendu de pouvoir diffuser quoi que ce soit.

En meeting lundi en Floride, Donald Trump a menacé de continuer à parler de Bill et faisant des « choses déplacées », si d’autres vidéos de lui étaient exhumées.